Accueil | Créer un blog |

Les Beffrois, Les Perrons & Les Rolands

France, Belgique, Pays-Bas & villes de la Hanse

Tags

   Charleroi   Debuisson   Douai   Dubuisson   Gand   Gent   Hotel   Lille   Lyderic   Meenen   Menen   Menin   Phinaert   Rijsel   Salengro   Sarrabezolles   Tournai   Ville   abats-sons   art   bancloque   beffroi   beiaard   belfort   belfroot   bourse   breteche   carillon   chambre   chapelle   cloche   cloches   commerce   conseil   creneau   deco   deesse   dragon   draps   echauguette   echevin   echevinale   flamande   gayant   girouette   gorgue   gothique   grand'place   géants   halle   horloge   hotel de ville   ieper   jacquemart   lion   machicoulis   mairie   maison   meurtriere   palais   place   poster   quinquin   region   regional   renaissance   reuzen   rewart   rihour   saint-gery   saint-sauveur   siege   stadhuis   valenciennes   ypres  

Album

Horloge

Saint-Gilles / Sint-Gillis | 23 décembre 2012

cliquez sur l'image pour accéder à l'album

  • édification par : l'essor de la ville
  • construit en :
    • doté d'un échevinage dès 1216, elle est englobé dans Bruxelles en 1296 ; ancien village de maraîchers et de petits métiers de la commune voisine de Forest, Obbrussel (littéralement "Au- dessus de Bruxelles"), "Saint-Gilles s'est, depuis 1860, transformé sans transition en une municipalité importante tout en ressemblant encore aujourd'hui à un grand village dans la ville." (http://www.visite.be/maison-villa-appartement-vendre-particulier/maison-maisons-vendre-saint-gilles-st-gilles.htm)
    • "A partir du XIIe siècle [...], son habitat se concentre essentiellement autour de la Porte Hal. Ce n'est qu'à la Révolution française que la commune devient indépendante (en 1795), lors de la réorganisation administrative en départements, cantons et municipalités. En 1672, le dispositif militaire de la Porte de Hal est complété par la construction du fort de Monterey. C'est pour cette raison que le sceau communal saint-gillois comporte une couronne crénelée, réservée aux villes fortifiées. En outre, la présence de ce fort a permis à Saint-Gilles d'avoir un Hôtel de Ville et non une Maison Communale. En effet, une tolérance, datant du régime hollandais, autorisait les communes dotées de fortifications à faire usage de cette appellation."
    • 1799 Saint-Gilles redevient une commune à part entière, mais encore dépendante de l'agglomération de Bruxelles
    • 1900-1904, à l'emplacement d'une ancienne sablonnière
  • architecte : Albert Dumont
  • style : néo-Renaissance française et néo-Renaissance italienne pourle beffroi
  • matières : granit rose des Vosges à bossage pour les sous-bassements, pierre d’Euville combinée à de la brique locale et de Boom pour les parties latérales extérieures et la façade arrière, pierre bleue pour les piliers et enfin pierre blanche pour les frontons et lucarnes ; toitures d’ardoises
  • hauteur : 41m (?? marches / 6 étages)
  • lieu : Hôtel de Ville - Place Maurice van Meenen 39 - 1060 Bruxelles
  • renferme : les services administratifs mais aussi des manifestations culturelles telles que la Fête des Enfants, le Parcours d’Artistes ou le Festival de la BD
  • visitable : visites guidées de l’Hôtel de Ville sont organisées sur demande. Pour plus de renseignements, contactez l’administration communale au 02/536.02.11 ou à l’adresse secretariat.1060@stgilles.irisnet.be
  • inscrit : classé comme Monument historique en date définitive du 08/08/1988

 

  • jacquemart : 4 anges de bronze aux coins de la tour
  • girouette : drapeau aux armes de la ville
  • cloches : ??
  • carillon (mélodies) ??

 

  • légende / anecdote : Jusqu'au milieu du XIXe siècle, Saint-Gilles est une commune rurale, réputée pour la culture du chou de Bruxelles. Ses habitants étaient d'ailleurs appelés les "Koolkappers , littéralement, les coupeurs de choux.
    • Le 2 septembre 1900, au cours de la première pierre de l'Hôtel de Ville, un coffret en plomb est scellé dans la pierre. Ce dernier contenait des pièces de monnaie de l'époque ainsi que le procès-verbal de cette cérémonie.
    • Son coût a été de plus de trois millions de Francs.
    • Le plafond de la Salle des Mariages a été décoré par le plus célèbre peintre symboliste belge, Fernand Khnopff.
    • La place où se trouve l'Hôtel de Ville est nommé d'après le Bourgmestre de la ville lors de l'inauguration du bâtiment.

Publié par Guil à 11:33:06 dans Belgique - Bruxelles/Brussel | Commentaires (0) |

Saint-Riquier (Sint-Rijker) | 06 décembre 2012

cliquez sur l'image pour accéder à l'album

  • édification par : la charte communale acquise avant 1184 (la première du Ponthieu, par Jean de Ponthieu et Louis VI le Gros)
  • construit en :
    • 1126 : on a les traces d'un premier beffroi, détruit car jugé par les abbés trop près de l'échevinage de la rue Saint-Jean
    • 1283 : construction du beffroi à son emplacement actuel, décidé par les abbés
    • 1475 : endomagé par les soldats de Louis XI, il faudra 50 ans pour la reconstruire
    • XVIIIe s.: une lanterne est ajoutée à la tour
    • 1788 : reaménagement des salles d'étage, on agence un étage en plus dans les 3 primitifs, les croisés d'ogive sont supprimées, les culots décorés de têtes mutilées marquent encore les berceaux
    • 1859 : restauration
  • architecte : inconnu
  • style : roman
  • matières : grès et calcaire (murs de 2m20 d'épaisseur)
  • hauteur : 18 mètres et 9m37 de côté (77 marches dans un escalier à vis dans une des tourelles d'angle) et 4 étages :
    • sous-sol : autrefois le cachot (cul-de-basse-fosse), qui a été comblé
    • rez-de-chaussée : prison avec voûtes gothiques puis local du syndicat d’initiative
    • 1er étage : grenier (on y a stocké d’anciens instruments de la fanfare communale, aujourd’hui disparue... ainsi que les photos officielles des anciens présidents de la République, de Coty à Mitterrand)
    • 2e étage : la pièce est vide mais la vue sur le village imprenable
    • 3e étage : ancien mécanisme de la cloche, quatre fois centenaire, électrifiée en 1968
    • 4e étage : salle de la cloche (ascension par une échelle pour y accéder)
  • lieu :  Place du beffroi - 80135 Saint-Riquier
  • Beffroi autonome
  • renferme : actuellement l'Office du Tourisme
  • visitable : pour les journées du patrimoine en septembre
  • inscrit : comme Monument historique le 6 septembre 1943
    • en 2005 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO

  • girouette : drapeau en fer forgé
  • cloche : Magdalaine, bourdon fondu en 1571

 

  • légende / anecdote : une plaque indique que Jeanne d’Arc, prisonnière et conduite à Rouen pour y être jugée puis brûlée, passa à cet endroit en novembre 1430
  • Carnaval : un festival de musique classique est programmé chaque été dans l'abbaye de Saint-Riquier voisine du beffroi

Publié par Guil à 12:17:35 dans France - Somme | Commentaires (0) |

Wambrechies | 06 décembre 2012

  • cliquez sur l'image pour accéder à l'albumédification par : l'essor de la ville
  • construit en : 1868 (le premier hôtel de ville est encore visible, avec son balcon orné d'une grille en fer forgé, à l'angle de l'actuelle avenue de Robersart, et porte la date de 1790)
  • architecte : Charles Maillard (architecte de l'Hôtel de Ville de Tourcoing)
  • style : néo-Renaissance flamande
  • matières : brique et pierre de Soignies
  • hauteur : 27m (?? marches) / 4 étages :
    • bureau du maire et salle du Vicomte avec le portrait du maire
    • salle du conseil
    • pigeonnier
  • lieu : Hôtel de Ville - 2, place du Général de Gaulle - 59118 Wambrechies
  • renferme : anciennement la mairie / actuellement l'Office du Tourisme, la Salle des Mariage, l'ancienne Salle du Conseil (la mairie est dans un bâtiment derrière)
  • visitable : oui
  • inscrit : non
  • jacquemart : non
  • girouette : drapeau de la ville
  • cloches : non

 

  • légende / anecdote :
    • la cloche en bronze du campanile fut emmenée par les Prusses lors de la Première Guerre mondiale et ne fut jamais remplacée.
    • le vicomte Martel Henri Obert de Quévy, alors maire de la ville pour la deuxième fois et résident au Château de Robersart, de fait figurer son blason (d'azur qu chevron d'or à trois chandeliers de même) et sa devise (pro lumine virtus, "le courage pour la lumière") sur la façade, en même temps que celle de Napoléon III, représentant le Second Empire
  • Evènement :  Le musée de la Poupée et du Jouet ancien se trouve dans le château de Robersart

Publié par Guil à 11:32:10 dans France - Nord - Flandre | Commentaires (0) |

Mons (Bergen) | 15 janvier 2012

Cliquez sur l'image pour accéder à l'album

  • édification par : la charte communale acquise au XIIe siècle
  • construit en :
    • Xe siècle : L'aîné des fils de Régnier, Gislebert obtient le titre de duc de Lotharingie et laisse celui de comte de Hainaut à son cadet, Régnier II de Hainaut. Celui-ci se fait construire un château à Mons. Son comté est attaqué par la maison d'Ardenne, poussée par l'empereur. Régnier II est vainqueur et annexe les terres impériales des Estinnes, de Valenciennes et de Bavay et devient abbé laïc des abbayes Sainte-Waudru de Mons et Sainte-Aldegonde de Maubeuge. Mons, qui à l’origine s’appellait Castri Locus (Lieu du château) [établie sur la colline], prit plus tard le nom de « Mont du lieu du château », ensuite celui de Mont et enfin porta son nom actuel, dérivé du latin mons, montis (montagne), qui décrit le relief de la ville.
    • 1278 : les registres de la ville mentionne un premier beffroi entre les églises Saint Germain (aujourd'hui disparu) et Saint Waudru (collégiale de Mons)
    • XIIIe siècle (première mention en 1380) : construction de la Tour de l'horloge (à l'emplacement du beffroi actuel), partie des remparts du château de Mons, d'où le surnom du beffroi en wallo-picard "el Catiau"
    • 1456 : reconstruction d'un Hôtel de Ville dont une partie s'effondre le 17 (ou le 18) septembre 1477, quand le magasin à poudre qui se trouvait à l'arsenal explose. Reconstructon en 1479
    • 1535 à 1538, élévation du beffroi de plusieurs étages construit en briques, il prend le nom de "Tour de briques"
    • 1548 : la Tour de l'Horloge est incendié et reconstruit 3 ans plus tard
    • 1662,  reconstruction sur l'emplacement de l'ancien Beffroi (Tour de l'Horloge) qui s'était écroulé de vétusté dans la nuit du 20 avril 1661 
    • 5 juin 1669 : inauguration du nouveau beffroi, à l'emplacemement de la Tour de l'Horloge
    • 1716-1718 : ajout d'un campanile à l'Hôtel de Ville par le charpentier François Tiron et le sculpteur J. Caffiaux
    • 1777 : un balcon en fer forgé remplace la bretèche de pierre qui était surmontée d'une statue d'une Vierge à l'Enfant
    • 1799, la Tour de briques est vendue puis démolie
    • 1825 : statut de ville par le roi
    • 1984 à 2007 : grand projet de restauration en plusieurs phases
  • architectes : Louis Le Doux (plans) et Vincent Anthony (exécution)
  • style : baroque (un des rares beffrois de ce style) avec élémant toscan, ionique, corinthien
  • matières : moellons de grès blanc de Bray, pierres de taille bleue et briques
  • hauteur : 87 m. (365 marches / 3 étages)
  • lieu : beffroi autonome - Square du Château - 7000 Mons
  • renferme : les cloches du carillon et l'horloge
  • visitable : non (l'intérieur est la dernière phase des restauration commençait en 1984)
  • inscrit : inscrit le 15/01/1936 à la Commission royale des monuments et sites de Belgique
    • en 1999 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO

 

  • girouette : drapeau doré
  • cloches : 49 cloches, 25 tonnes dont le bourdon, Marianne, fait 6 tonnes
  • carillon (mélodies) : concert les dimanches à 12 h et les mardis à 18 h, de mai à fin septembre et aux occasions festives (E. Duwelz)
    • à l'heure :  El grosse cloque du Catiau
    • au quart : El Ropieur (surnom du garnement montois)
    • à la demie : La bière du pays (du poète et chansonnier Antoine Clesse)
    • aux trois-quart : Sandrine

 

  • légende / anecdote : Le beffroi est appelé traditionellement "le Catiau" par les Montois, rappelant à l'origine l'emplacement du château. Il est situé au point le plus élevé de la ville (une des plus élevées de la Belgique dit, en 1830, Philippe Van der Maelen dans son Dictionnaire géographique de la province de Hainaut) et occupe une situation centrale.
    • Victor Hugo, dans une lettre à sa femme, le décrivait de la manière suivante : "...figure-toi une énorme cafetière, flanquée au-dessous du ventre de quatre théières moins grosse.  Ce serait laid si ce n'était grand.  La grandeur sauve..."
    • Une taverne, supprimée en 1897, située dans les caves de l'Hôtel de Ville (Raadskelder est le nom flamand de ce type de lieu) serait à l'origine du singe en fer forgé, qui lui servait d'enseigne, qui orne le Grand Garde. Le lieu servait également de pilori, d'après le dicton des environs de Mons : Si tu n'es nié sache, ej'té mèn au sinche dé Mons. Le singe est depuis 1930,porte-bonheur silon lui caresse la tête de la main gauche. Son origine pourrait, plus prosaïquement, être “placé là, par une fantaisie d’architecte… œuvre d’un apprenti frappeur d’enclume qui désirait passer maître dans sa corporation, au XVe siècle, époque florissante de l’artisanat en notre ville ” (selon Gustave Casy, secrétaire du Syndicat d’initiative en 1938). Le singe est un symbole du forgeron, maître du feu.
  • Carnaval : En été, spectacle son et lumière à partir de la Grand Place avec vue sur le beffroi mis en lumière, et concert de carillon
    • Ducasse (ou Doudou, du nom d'un air traditionnel que l'on joue durant les festivités), le week-end de la Trinité, rejouant le Jeu de Saint Georges, reconstitution du combat de saint Georges contre le dragon (Lumeçon veut dire limaçon, évoquant les mouvements circulaires des cavaliers lors du spectacle). Depuis 2005, la ducasse de Mons est reconnue comme chef-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité par l'UNESCO.

Publié par Guil à 11:18:43 dans Belgique - Hainaut | Commentaires (1) |

Rosendaël (Rozendaal) | 13 janvier 2012

cliquez sur l'image pour accéder à l'album

  • édification par : l'essor de la ville
  • construit en :
    • 1860 : démenbrement de Coudekerque-Branche et Téteghem, amputées d'une partie de leur territoire, Rosendaël est créé par l'initiative d'un décret de Napoléon III
    • 1863-64 : construction d'un premier Hôtel de Ville à Rosendaël par l'architecte Develle
    • 1891 : Rosendaël donne naissance à Malo-les-Bains (elle tient son nom de Gaspard Malo (1804-1884) armateur et député de Dunkerque) en perdant la moitié nord de son territoire
    • 1933 : destruction de l'Hôtel de Ville devenu trop petit
    • 1934-1936 : construction du nouvel Hôtel de Ville avec beffroi
    • 1940 : destruction de l'Hôtel de Ville, seul le beffroi subsiste
    • 1948-1960 : reconstruction du corps de l'Hôtel de Ville sur un mode simplifié
    • 1969 : fusion de Malo-les-Bains avec Dunkerque
    • 1971 : fusion de Rosendaël avec Dunkerque
    • 1972 : fusion de Petite-Synthe avec Dunkerque
    • 1980 : fusion de Fort-Mardyck avec Dunkerque
    • 2010 : Rosendaël fête ses 150 ans (un monument de style Art Nouveau fut édifié en 1910 pour commémorer le 50e anniversaire de la fondation de la commune. Dressé à l'origine place de la Liberté et il a été déplacé place Voltaire en 1921)
  • architectes : Gastons Doisy et Louis Galland (en 1935)
  • style : néo-Renaissance flamande
  • matières : briques rouges et béton armé
  • hauteur : une quarantaine de mètres (?? marches / 4 étages)
  • lieu : Hôtel de Ville - Place des Martyrs de la Résistance - 59240 Rosendaël
  • renferme : les services communaux
  • visitable : non

  • légende / anecdote : le beffroi s'inspire de celui de Bergues
    • Malo-les-Bains possède aussi sa mairie, de style flamand
  • Carnaval : lancer de merlans séchés (en 2005, 150 kg en furent jetés) lors du Carnaval de Dunkerque, la bande des pêcheurs a traditionnellement lieu le Mardi gras

Publié par Guil à 16:57:21 dans France - Nord - Flandre | Commentaires (0) |

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... 25 | 26 | >>

Tous les derniers titres

  • LES BEFFROIS, PERRONS & ROLANDS :
  • le beffroi type
  • aire culturelle des beffrois
  • les perrons
  • aire culturelle des perrons
  • les Rolands
  • FRANCE - Nord - Flandre
  • Annoeullin (Ennelin)
  • Armentières (Armentiers)
  • Bailleul (Belle)
  • Bergues (Sint-Winoksbergen)
  • Cappelle-la-Grande (Kapelle)
  • Comines (Komen)
  • Douai (Dowaai)
  • Dunkerque (Duinkerke)
  • Estaires (Stegers)
  • Hazebrouck (Hazebroek)
  • La Gorgue (De Gorge)
  • La Madeleine
  • Lallaing
  • Lille (Rijsel) - 1e beffrois
  • Lille (Rijsel) - Hôtel de Ville
  • Lille (Rijsel) - Nouvelle Bourse
  • Lille (Rijsel) - Siège de Région
  • Loos
  • Rosendaël (Rozendaal)
  • St-Amand les Eaux (St-Amandus)
  • Saint-Pol-sur-Mer (Sint-Pols-aan-Zee)
  • Templeuve
  • Tourcoing (Toerkonje)
  • Wambrechies
  • Wavrin
  • à venir Gravelines (Grevelingen)
  • à venir Lesquin
  • à venir Merville (Meregem)
  • à venir Orchies (Oorschie)
  • à venir Vieux-Berquin (Noord-Berkijn)
  • FRANCE - Nord - Hainaut
  • Aniche
  • Bavay (Beuken)
  • Cambrai (Kamerijk)
  • Condé sur l'Escaut (Conde)
  • Le Cateau-Cambrésis
  • Pont-sur-Sambre
  • Valenciennes (Valencijn)
  • à venir Le Quesnoy (Kesenet )
  • FRANCE - Pas-de-Calais
  • Achicourt
  • Aire-sur-la-Lys (Ariën aan de Leie)
  • Arras (Atrecht)
  • Bapaume (Bapalmen)
  • Béthune (Betun)
  • Boulogne-sur-Mer (Bonen)
  • Bruay-la-Buissière
  • Hesdin (Heusden)
  • Le Portel
  • Le Touquet (Het Hoekske)
  • Lens
  • Liévin
  • Pont-à-Vendin
  • Sains-en-Gohelle
  • Saint-Pol-sur-Ternoise
  • à venir Outreau
  • FRANCE - Aisne / Oise
  • Bohain-en-Vermandois
  • Compiègne
  • FRANCE - Somme
  • Abbeville (Abbekerke)
  • Albert
  • Amiens
  • Doullens (Dorlens)
  • Lucheux
  • Péronne
  • Roye
  • Rue
  • Saint-Riquier (Sint-Rijker)
  • BELGIQUE - Antwerpen
  • Antwerpen (Anvers)
  • Mechelen (Malines)
  • BELGIQUE - Brabant
  • Leuven (Louvain)
  • Nivelles (Nijvel)
  • Zoutleeuw (Léau)
  • BELGIQUE - Bruxelles
  • Bruxelles / Brussel / Brüssel
  • Forest / Vorst
  • Saint-Gilles / Sint-Gillis
  • Schaerbeek / Schaarbeek
  • BELGIQUE - Hainaut
  • Charleroi (Karelskoning)
  • Courcelles
  • Leuze-en-Hainaut
  • Monceau-sur-Sambre
  • Mons (Bergen)
  • Tournai (Doornik)
  • Trazegnies
  • Warneton / Waasten
  • BELGIQUE - Liège
  • Jemeppe-sur-Meuse
  • Huy (Hoei)
  • BELGIQUE - Limburg
  • Sint-Truiden (Saint-Trond)
  • Tongeren (Tongres)
  • BELGIQUE - Namur
  • Dinant
  • Gembloux (Gemblours)
  • Namur (Namen)
  • BELGIQUE - Oost-Vl.
  • Gent (Gand)
  • Sint-Niklaas (Saint-Nicolas)
  • Temse (Tamise)
  • BELGIQUE - West-Vl.
  • Brugge (Bruges)
  • Diksmuide (Dixmude)
  • Ieper (Ypres)
  • Kortrijk (Courtrai)
  • Lo [Lo-Reninge]
  • Menen (Menin)
  • Nieuwpoort (Nieuport)
  • Poperinge (Poperingue)
  • Tielt
  • Veurne (Furnes)
  • PAYS-BAS
  • Sluis (L'Ecluse)
  • A présent c'est le grand luxe
  • Lèvres à lèvres corps à corps
  • Le Bouquet des yeux blonds comme la nuit
  • Tu es lame de fond
  • Aux bras de mer
  • Aux seins de dunes
  • Au sexe d'avalanche
  • Aux jambes de fourrure
  • AU COEUR DE BEFFROI
  • L'amour fait rage
  • Marcel Piqueray (né à Bruxelles le 2 mars 1920)
  • Mil neuf cent quarante-trois
  • Compteur

    Depuis le 01-12-2006 :
    1140451 visiteurs
    Depuis le début du mois :
    25700 visiteurs
    Billets :
    130 billets

    Rechercher