• Estaires (Stegers)

    cliquez sur l'image pour accéder à l'album

    • édification par : l'essor de la ville (alors que vers le milieu du XIIe siècle, les communes flamandes s'établissent avec l'assentiment des comtes, Estaires restera gouvernée par le seigneur de la ville jusqu'à la Révolution)
    • construit en :
      • 1190 la paroisse est partagée en deux, Estaires et La Gorgue
      • XIIe siècle Estaires et Neuf-Berquin constitue deux paroisses différentes
      • 1611 Estaires avec ses dépendances est érigée en comté
      • 1600-1612 construction de l'Hôtel de Ville, avec beffroi, bretèque et prison

     

      • avril 1918 destruction de l'Hôtel de Ville, comme d'une bonne partie du reste de la ville incendiée et dynamitée, détruite à 80% par des bombardements
      • 1928-1930 reconstruction de l'Hôtel de ville
      • 1984 restauration de la toiture du beffroi
      • 1988 ré-aménagement  de la grand'place
      • 1998 rénovation du rez-de-chaussée après le déménagement des services de la poste
      • 2007 rénovation de la façade et du beffroi
    • architecte : Georges Dumas
    • style : néo-Renaissance flamande (l'ancien était de style espagnol)
    • matières : briques rouges
    • hauteur : 40m (97 marches / 4 étages)
    • lieu : Hôtel de Ville - Place de l'Hôtel de Ville - 59940 Estaires
    • renferme : services municipaux, Bibliothèque (à droite) et une salle de danse (à l'étage)
    • visitable : non, mais une visite virtuelle est proposée sur le site de la commune 
    • inscrit : ni comme Monument Historique ni à l'Unesco
    • girouette : le coq fut remplacé par les armoiries de la ville en 2007
    • cloche : 1 pour sonner les heures
    • carillon (mélodies) : Le P'tit Quinquin à l'heure
    • légende / anecdote : En 1566, la Révolte des Gueux éclata, n'épargnant pas Estaires. Les icônes catholiques furent saccagés par les calvinistes. A Estaires, le jour de la Fête-Dieu, les Gueux promenèrent en procession un âne sous le dais, à la place du curé, en guise de dérision. Cet épisode restera marqué dans la mémoire de la cité et c'est à partir de là que les Estairois se surnommèrent les Baudets
    • Carnaval : Le géant Aliboron III (le premier périt dans la destruction de l'Hôtel de ville en 1918, le second fut interdit pendant la Deuxième Guerre mondiale) représente un âne monté sur un char et tiré par deux chevaux. Il clôture la cavalcade du lundi de Pentecôte

  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Août 2010 à 09:01
    souvenirs
    J'ai habité estaires pendant plus de 20 ans, j'ai joué au football à la gorgue pendant plus de 10 ans, j'ai donc de très bons souvenirs...
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :