• cliquez sur l'image pour accéder à l'album

    • édification par : la charte communale acquise avant 1184 (la première du Ponthieu, par Jean de Ponthieu et Louis VI le Gros)
    • construit en :
      • 1126 : on a les traces d'un premier beffroi, détruit car jugé par les abbés trop près de l'échevinage de la rue Saint-Jean
      • 1283 : construction du beffroi à son emplacement actuel, décidé par les abbés
      • 1475 : endommagé par les soldats de Louis XI, il faudra 50 ans pour la reconstruire
      • XVIIIe s.: une lanterne est ajoutée à la tour
      • 1788 : réaménagement des salles d'étage, on agence un étage en plus dans les 3 primitifs, les croisés d'ogive sont supprimées, les culots décorés de têtes mutilées marquent encore les berceaux
      • 1859 : restauration
    • architecte : inconnu
    • style : roman
    • matières : grès et calcaire (murs de 2m20 d'épaisseur)
    • hauteur : 18 mètres et 9m37 de côté (77 marches dans un escalier à vis dans une des tourelles d'angle) et 4 étages :
      • sous-sol : autrefois le cachot (cul-de-basse-fosse), qui a été comblé
      • rez-de-chaussée : prison avec voûtes gothiques puis local du syndicat d’initiative
      • 1er étage : grenier (on y a stocké d’anciens instruments de la fanfare communale, aujourd’hui disparue... ainsi que les photos officielles des anciens présidents de la République, de Coty à Mitterrand)
      • 2e étage : la pièce est vide mais la vue sur le village imprenable
      • 3e étage : ancien mécanisme de la cloche, quatre fois centenaire, électrifiée en 1968
      • 4e étage : salle de la cloche (ascension par une échelle pour y accéder)
    • lieu :  Place du beffroi - 80135 Saint-Riquier
    • Beffroi autonome
    • renferme : actuellement l'Office du Tourisme
    • visitable : pour les journées du patrimoine en septembre
    • inscrit : comme Monument historique le 6 septembre 1943
      • en 2005 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO

    • girouette : drapeau en fer forgé
    • cloche : Magdalaine, bourdon fondu en 1571

     

    • légende / anecdote : une plaque indique que Jeanne d’Arc, prisonnière et conduite à Rouen pour y être jugée puis brûlée, passa à cet endroit en novembre 1430
    • Carnaval : un festival de musique classique est programmé chaque été dans l'abbaye de Saint-Riquier voisine du beffroi

    votre commentaire
  • Cliquez sur l'image pour accéder à l'album

    • édification par la charte communale accordé en : 1130 par Guillaume Talvas, comte de Pothieu, confirmée le 9 juin 1184 par comte Jean Ier de Ponthieu  (dès 1130 ville organisée comme une administration populaire), ratifié par le comte Jean de Ponthieu. Suspension de la commune d'Abbeville par le Sénéchal de Ponthieu en 1308 et 1317, à cause de la mauvaise administration de la ville par le maire
    • construit en : 1209 (un des plus anciens de France).
      • XVe siècle : construction de la Trésorerie (ou Argenterie) accolée au beffroi
      • 1747 : construction de l'Hôtel de ville (Grand Echevinage), accolé au beffroi
      • début 1800 : on remplace le clocher par le dôme et la lanterne
      • endommagé pendant la Deuxième Guerre mondiale, le beffroi perd sa toiture et de l'Hôtel de Ville ne subsiste que la trésorerie
      • année 50 : reconstruction de la ville et ajout des ailes au beffroi, installation du Musée Boucher de Perthes, né près de Rethel (Ardennes), le 10 décembre 1788 et mort à dans la ville, le 5 août 1868, fondateur de la préhistoire
      • années 1980 : restauration, le beffroi retrouve son clocher d'origine
      • 1960 : construction de la nouvelle Mairie, avec beffroi moderne
    • architecte : inconnu. François Vasselle pour la restauration des années 50 aux années 80 / Pierre (et Jacques) Greber puis Clément Tabouté pour la nouvelle Mairie
    • style : médiéval, porte de style gothique flamboyant / néo-classicisme (scandinave, dit Marie-Lavande Soleille-Laidebeur, dans Des beffrois et des hommes)
    • matières : grès (murs de 2,30 mètres d'épaisseur à sa base) / Mairie en béton
    • hauteur : 33m (199 marches / 4 étages) (beffroi de la Mairie de 53m)
      • rez-de-chaussée : deux cachots / le musée Boucher de Perthes. 
      • premier étage : une vaste pièce voûtée d’ogives, tantôt salle de garde, tantôt prison / accueille aujourd’hui une partie des collections du musée.
      • deuxième étage : salle d'internement et salle de torture / exposition consacrée au beffroi.
      • troisième étage : des « graffitis » témoignent des souvenirs laissés par les occupants des XVe et XVIe siècles, principalement les guetteurs. 
      • galerie : servait de chemin de ronde pour le guetteur.
    • lieu : beffroi autonome - 24 rue Gontier-Patin (maire d'Abbeville lors de la confirmation de la charte en 1184) / beffroi de l'Hôtel de Ville - Place Max-Lejeune - 80100 Abbeville
    • renferme : anciennement services communaux et prisons / actuellement musée Boucher de Perthes
    • visitable : tous les jours sauf le mardi, de 14h00 à 18h00. Il est fermé exceptionnellement le 1er janvier, le 1er mai, le 14 juillet, le 1er novembre et le 25 décembre. Le prix d'entrée est de 1€ et est gratuit pour les moins de 18 ans, les étudiants et le 1er dimanche du mois.
    • inscrit : comme Monument historique le 18 mai 1926
      • en 2005 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
    • jacquemart : non
    • girouette : Guillaume Talvas, comte de Ponthieu en chevalier
    • cloches : 4 coches avant 1940, maintenant 2 cloches récentes, ramenées de Boufarik, en Algérie, par Max Lejeune (la place derrière la nouvelle Mairie porte son nom), maire d’Abbeville et ministre du Sahara.
    • carillon : aucun
      Cliquez sur l'image pour accéder à l'album
    • légende / anecdote :
      • Le vieux nom historique néerlandais pour Abbeville est Abbekerk. Jean-Marie Gantois, la plus importante figure du Mouvement flamand du 20ème siècle dans la Flandre française, voulut propager l'utilisation du nom néerlandais Abbegem comme «traduction» d'Abbeville. Ce n'est pas un nom historique, et il n'a jamais été utilisé en tant que tel.
      • Au milieu du XIIIe siècle, Abbeville était « une des bonnes villes des rois de France ». Son port était un des premiers du royaume et son commerce considérable.
      • En 1887, ajout du bas-relief d'Emmanel Fontaine à l'entrée du Musée, commémorant le bourgeois Enguerrand Ringois, jeté des falaise de Douvres en 1368 pour avoir refusé de prêter serment de fidélité au seigneur de Ponthieu, le roi Edouard d'Angleterre. pour n'avoir jamais été prise, elle se faisait appeler « Abbeville la pucelle ». Aussi les rois capétiens, pour récompenser sa fidélité, lui accordèrent de nombreux privilèges, et Charles V enrichit son blason du chef de France et de la glorieuse devise : « Semper fidelis » (toujours fidèle). Le nom jeté des Abbevillois est « chés bourgeois d'Adville ».
      • En juillet 1766, le Chevalier de La Barre, accusé d'avoir, un an plus tôt, manqué au respect dû à une procession religieuse en refusant d'ôter son chapeau et d'avoir chanté des chansons impies, fut exécuté sur la place du Grand-Marché pour blasphème. Soumis à la question, ses jambes furent broyées. La main droite et la langue tranchée, son corps décapité fut finalement livré aux flammes, avec le Dictionnaire philosophique de Voltaire, sur ce même lieu. En 1907, un monument a été érigé par souscription volontaire près de la gare, sur les berges du canal de la Somme, en commémoration du martyre du jeune homme. On peut y voir une plaque de bronze représentant le supplice du chevalier de La Barre. Ce monument est encore aujourd'hui un lieu de rassemblement pour les laïques et les libres-penseurs. Aujourd'hui, un pavé, gravé de son nom et de la date de son exécution, est toujours visible sur la place de l'exécution, nommée maintenant place Max-Lejeune, près de l'hôtel de ville. Le martyre du chevalier de la Barre servit à Voltaire de bannière dans son combat contre le fanatisme religieux.
      • Abbeville, capitale du Ponthieu est une des rares villes, avec Lille, Dunkerque et Malines, a posséder deux beffrois
    • Carnaval : Festival de l'oiseau et de la nature, festival d'ornithologie se déroulant chaque année depuis 1991 au mois d'avril en baie de Somme (des oiseaux naturalisés sont exposés au Musée Boucher de Perthes).

    votre commentaire
    • Cliquez sur l'image pour accéder à l'albumédification par la charte communale acquise en 1113 par le Comte d'Amiens, Enguerrand de Boves, seigneur de Coucy, renouvelé en 1117 par le comte Raoul Ier. En 1190, le roi Philippe-Auguste confirme la commune d'Amiens. La charte de 1185 dit : "Li maires et li esquevin nomment par leur sermens, III. personnes de leur esquevinage ou de dehors leur esquevinage, pour faire maïeur de le chité de l'un de ches III. Li maïeur de banièrez font XII. esquevins et maires nouviaus, et chil douze esquevins en font XII. autres." (Ancien coutumier de Picardie du XIVe siècle). Cf. aussi les Coustumes generalles du baillage damiens de 1507 et de 1535.
    • construit en :
      • 1117 : on détruit le castillon seigneurial, en conservant le Castillon
      • 1244 : construction du beffroi ou conversion du donjon seigneurial
      • 1274 : le beffroi est rebattit
      • 1335 : le roi Philippe VI permet aux magistrats municipaux d'Amiens de suspendre une 4e cloche supplémentaire au Beffroi, pour annoncer l'ouverture et le clôture des ateliers, une cloche qu'ils pourraient faire sonner quand bon leur sembleraient
        • 13 sols 1 denier d'amende pour qui travaille après que la "clocque au Beffroy" ait sonnée.
        • 24. Derekief, il convient que li cheppiers qui warde le beffroi soit mis ou serviche par conseil dez esquevins et en plain esquevinage, et qu'il soit homs de boine renommée.
        • 25. Derekief, il convient que li maistres carpentiers et machonz de le ville, qui font les oeuvres de le ville, soient mis en leur serviche par esquavinage, et que che soient personnes créaules. (Augustin Thierry, Recueil des monuments inédits de l'histoire du Tiers Etat . Première série, Chartes, coutumes, actes municipaux, statuts des corporations d'arts et métiers des villes et communes de France, région du Nord. Tome premier, contenant les pièces relatives à l'histoire de la ville d'Amiens, depuis le XVe siècle jusqu'au XVIIe siècle. p.160)
      • 1387 : on installe l'horloge à quatre cadrans, et on augmente à 16 le nombre de cachots (celle-ci sont encore décorés des graffitis des détenus, notamment d'Australiens venus cuver leur vin pendant la Première Guerre mondiale ici)
      • 1406 : le beffroi s'effondre après un incendie
      • 1409 : réédification du beffroi (la base du beffroi est toujours la même)
      • 1562 : prend feu de nouveau : le guetteur pris au piège réclama sa mort du haut de la tour ne voulant pas mourir comme sur un bûcher.
      • 1742 : la flèche conique prend feu
      • 1748 : reconstruction de la flèche, la population la qualifie de "Seringue de Gargantua". Un bourdon de 11 tonnes selon la légende y est suspendu, on perça des oculi dans la voûte pour le monter au sommet, il est nommé Marie-Firmine, ou la Forte Chanteuse ; on agrandi sur le sud le corps du bâtiment
      • 1940 : le bourdon disparaît avec la destruction de la flèche
      • 1969 : début de la restauration de la tour
      • 1977 : réfection du gros-oeuvre terminée
      • 1988 : reprise des travaux de la flèche identique à celle de Beffara
      • 1990 : la Nouvelle Renommée est montée comme girouette lors de l'inauguration
      • 2001 : on ajoute un carillon de 30 cloches
    • architectes : Hue Poulette en 1406 ; Hector Quignon en 1562 ; Louis Beffara de 1742 à 1753
    • style : médiéval et défensif, baroque pour la flèche
    • matières : pierres de taille blanches
    • hauteur : 52m (?? marches / 3 ou 4 étages) : la Face Nord dispose de 4 niveaux du XVe s. et la Face Sud de 3 étages du XVIIIe s.
      • sous-sols : cachots
      • rez-de-chaussée :  cuisine pour les gardiens et les prisonniers
      • 1e étage : salle des échevins ou salle du tribunal, salle de torture et chapelle
      • 2e étage : cachots
      • 3e étage : salle d'archives, de magasin d'armes 
      • plate-formes qui servait de promenade aux prisonniers ou aux joueurs municipaux lors de festivités chrétiennes
    • lieu : Beffroi autonome - Place au Fil - 80000 Amiens
    • renferme : anciennement prison municipale et pour les délits politiques jusqu'en 1932
    • visitable : lors des Journée du Patrimoine et le dimanche à 10 h 30 : Direction du Patrimoine d'Amiens Métropole Tél. 03 22 22 58 90
    • inscrit : 1926, inscrit Monument Historique
      • en 2005 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO

    • jacquemart : non
    • girouette : un bonnet de maire ou d'échevin (pendant un temps). Une Renommée (femme ailée)
    • cloches : à l'origine
      • 1e, l'Effroy, pour les incendies, les processions, l'élection et le serment des maires, pour les victoires et les naissances des princes ;
      • 2e pour la retraite des soldats, la fermeture et l'ouverture des portes ;
      • 3e, l'Appelé-ekevins, pour appeler les échevins et le peuple aux assemblées municipales.
      • le clocque aux ouvriers qui sonne au Beffroy sonnera quatre fois le jour : le matin, lorsque les ouvriers iront à l'ouvrage, puis à l'heure de leur dîner, quand ils reprendront le travail, enfin au moment de la fermeture des ateliers.
      • En 2001 : 30 cloches
    • carillon (mélodies) :
      • à l'heure : Mon petit oiseau
      • à midi : Belleville-Ménilmontant (Air des Cabotans d'Amiens, le théâtre picard de marionnettes)
      • à 19h : Race Picardie, que Dieu te garde
    • anecdote : surnommé "Bedouf" par les habitants : beffroi d'Amiens, qui, avant la guerre de 1940, servait d'abri momentané aux petits délinquants et aux ivrognes qu'on y envoyait cuver leur vin, Pis o croéyez : min ferlapier d'honme 'l-o coére 'tè joutcher à ch'Bédouf! (Et vous croyez [vous savez] : mon brigand de mari est encore allé coucher au beffroi !). En picard d'Amiens "beffroi" se dit beffroé ; en picard de Lille "beffro".

    votre commentaire
  • Cliquez sur l'image pour accéder à l'album

    • édification par la charte communale acquise en 1202 par le comte Guillaume de Ponthieu, confirmée en l'année 1221 par le roi Philippe-Auguste
    • construit en : 
      • 1275 : première mention d'un beffroi à Doullens, à l'angle des rues du Pont-Maurice et du Pont-à-l'avoine
      • 1286 : le seigneur de Beauval et châtelain de Doullens fait élever son hôtel avec donjon dans la rue du Bourg, siège de la châtellenie, cette tour est alors plus élevée que le beffroi communal
      • 1363 : les bourgeois de Doullens achète la tour de Beauval pour en faire son beffroi
      • 1386-1406 : installation d'un chapelle. Une prison s'y trouve également
      • XVe et XVIe siècles : destruction partielle (la dernière en 1595 lors de l’incendie de la ville par les Espagnols) et reconstruction, la dernière en 1613, seule la salle du rez-de-chaussée voûtée en croisée d'ogive date du XVe siècle (restaurée en 1970)
      • 1736 : la fonction de guetteur disparaît
      • 1781 : la porte supérieure est reconstruite et destruction importante de la structure interne
      • 1790 : murage des fenêtres du premier étage
      • 1861 : installation de l'horloge
      • 1898 : construction de l'Hôtel de Ville par l'architecte Anatole Bienaimé
    • architecte : commande du seigneur de Beauval, châtelain de Doullens
    • style : régional typique de l'époque d'Henri IV et Louis XIII
    • matières : briques rouges, pierre à pointe de diamant dites aussi à losange ou à bossage
    • hauteur : 28 mètres (81 marches) et 4 étages :
      • 1er étage : système des poids permettant le mécanisme de l'horloge
      • 2e étage : l'horloge du Beffroi 
      • 3e étage : 3 coches dont "Jeanne d'Auxi"
      • 4e étage : poutre centrale située au dernier étage (portant l'inscription : BELFFROI FAIT PAR ALEXIS BASLÉE ET CHARLE ANTOINE DAVELÜ ET PAR CF. JOSEPH DAVELÜ) et la charpente en bois du dôme, et les vitraux
    • lieu : ancienne Maison Communale (échevinage) - 69, rue du Bourg - 80600 Doullens
    • renferme : 
      • anciennement maison communale ou échevinage, avec magasin pour les troupes par la porte centrale, prison, chapelle, salle de la prévôté royale, salle de l'élection, salle de la justice, grenier à sel
      • actuellement porte de gauche corps de garde, porte de droite prison (aujourd'hui Office du Tourisme), porte centrale s'ouvre sur un vestibule voûté (restauré en 1970)
    • visitable : non. Cf. ici des photos de l'intérieur de la tour
    • inscrit : 
      • Monument Historique en 1862 et à l'inventaire supplémentaire le 18 mai 1996
      • en 2005 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
    • cloches : 3 cloches, dont le bourdon Jeanne (fondue en 1541), volée par les Espagnols en 1653 à Auxi-le-Château, récupérée par les Doullennais puis acheté aux Auxilois qui la réclamaient et firent deux procès. Elle a été refondue en 1774
    • légende / anecdote :
      • Doullens (sans prononcer le 's') se trouvait parfois aussi écrit Dourlens dans les documents anciens, et son origine est inconnu : entre étymologie celtique (Dol (Dolen) se traduisant en français par méandre, Doullens est arrosée par l'Authie), suffixe germanique -ing sur nom de personne (Thorellus suivi du sufixe -ing-os), ou nom de personne gaulois Donnos... On trouve Donincum en 931, Dorlens en 1075 et Dourleng en 1147, Durlenz  au XIIe siècle
      • une trappe permettait aux prisonniers de suivre la messe se déroulant dans la chapelle, contiguë à la prison
      • le campanile du beffroi est penché vers l'avant et la tour se trouve un peu sur la gauche par rapport au centre de la façade de la maison communale
      • on doit remonter à la main les poids de l'horloge du XIXe siècle deux fois par semaine
      • le cardinal de Rochelieu le visita pendant le siège d'Arras en 1640, et Louis XIV et le dauphin y auraient dormi en 1678
    • Carnaval : Si la ville tente de renouer avec son passé historique de ville frontalière (Association visant à la préservation du site de la Citadelle et organisant des visites), elle a relancé à la mi-mars 2007 une animation urbaine de parade du géant local, Florimond Long Minton, tombée en désuétude. À cette fin, et puisque les deux exemplaires antérieurs (structure rigide en osier) furent successivement détruits par la guerre (bombardement de 1944) et le temps, une troisième version (gigantesque marionnette articulée) fut créée (wikipedia).

    votre commentaire