• Les Perrons

    Cliquez sur l'image pour accéder à l'album    Le perron est le symbole de la justice du prince-évêque de Liège. Siècle après siècle, le perron s'est aussi affirmé comme le symbole des libertés et d'autonomie communale sous l'ancien Régime. C'est un pilori devant lequel :
        * on rendait la justice,
        * on promulguait les règlements, les mandements et les édits,
        * on publiait les prix
        * on proclamait les bannissements, etc…

        Il est constitué d'une colonne sur un socle, surmontée d'une pomme de pin et d'une croix. L'origine en est obscure et probablement païenne.
        En Principauté de Liège, il fut le lieu où les lois et les règlements devaient avoir été proclamés en public pour être appliqués. Il était ainsi le symbole de l'autorité et de l'autonomie, d'abord du Prince-Évêque, puis plus tard de la ville. Au cours du XIVe siècle, les « Bonnes Villes » (celles possédant une charte communale) de la principauté ont aussi pu ériger leur propre perron. Huy, première ville d'Europe du nord à s'être vu attribuer une charte communale en 1066, possédait un perron dès 1235. Dès le XIIe siècle, le perron figurait sur les pièces de monnaie du Prince-Évêque de Liège Henri de Leez (issu de la noblesse de Grand-Leez).

    source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Perron_%28symbole%29

        A Arras, on signale la présence d'un perron (le perron Robert Cosset) quand le beffroi n'était pas encore construit.

        Le plus célèbre est celui de Liège (XIIe siècle) : sur la Place du Marché, le "Cri du Perron" renseigne la population des décisions concernant la ville et la principauté.
        Déjà présent sur une représentation au XIIe siècle, Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, après le sac de Liège en 1467, le fait enlever et emmener à Bruges, devant la Bourse, et toutes les libertés communales sont supprimées en réponse à la non rédition de la principauté épiscopale. L'Hôtel de Ville, la "Violette" (la première maison de ville arboré une violette en façade) est détruit en 1468.
        Marie de Bourgogne renonce à tous les droits que son père, Charles le Téméraire, s'était arrogés sur le pays de Liège.
        Le 18 juillet 1478, on l'érige à nouveau sur la Place du Marché. L'Hôtel de Ville est rebâti en 1480.
        Le 9 janvier 1693, un vent violent le fait choir.

        Il en existe ou en a existé à Andenne, Arras (XIIe siècle), Bierset, Bilsen (1336), Borgloon, Bree, Châtelet, Chokier, Ciney, Hasselt (1461), Herck-la-Ville, Herve (1407), Huy (dès 1235), Léau (première moitié du XVIe siècle), Looz (1461), Maaseik, Maastricht (1454), Malmedy, Mariembourg, Munsterbilzen (commune de Bilsen), Mont-Saint-Guibert, Namur (1285), Nivelles, Petit-Rechain, Rekem, Saint-Trond (1362), Sart-lez-Spa dans l'entité de Jalhay (1458), Sittard, Spa (1594), Stavelot (vers 1770), Stokkem, Theux-Franchimont (1768, franchises acquise en 1457), Thuin (1372), Tongres, Valkenburg aan de Geul, Verviers (1732), Visé (XIIe siècle), Xhendelesse (commune de Herve), Zepperen.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 2 Mars 2012 à 12:04
    beffroi
    Bonjour,jai vu chez 1 antiquaire S MAYEUX à MORTAGNE en normandie (!)4 tableaux assez grands qui représentent 4 beffrois (Lille ,Arras ... )superbes!signés Mayer (je crois qu'il est connu pour des gravures?)peut-être celà peut interesser qq ou 1 musee?
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Samedi 3 Mars 2012 à 10:53
    beffroi par le graveur Mayer
    Bonjour, merci pour l'annonce j'espère qu'elle intéressera quelqu'un. Peut-être le site beffrois.com a plus les moyens financiers que moi la concernant... Je ne crois pas qu'un musée consacré au beffroi existe, mais il peut y avoir des expositions temporaires sur le sujet. Peut-être les mairies peuvent aussi vouloir posséder dans ces archives ces représentations... Avis aux amateurs en tout cas. Et Merci pour l'info.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :