• Beffrois du travail à Halluin

    Un beffroi du travail est une cheminée d'usine.

    Origine 

    Les cheminées sont des repères, des symboles identitaires et signalent des lieux d'histoire industrielle, évoquent la production, l'ingéniosité humaine mais évoquent aussi la douleur et la mort présentes au travail.
    Une association roubaisienne Le Non-lieu et le conseil Général du Nord veulent honorer les vestiges de l'histoire industrielle de la région où des cheminées d'usine en briques sont présentes dans les usines telles les beffrois dans la Cité, cette richesse reconnue du patrimoine de la région du Nord-Pas-de-Calais.
    Un tiers des cheminées de briques ont disparu en 30 ans, suite à la désindustrialisation de la région. Une phase de destruction des cheminées d'usine du début XXe siècle a eu cours, identique à la phase de destruction des chevalets de mines.
    Le conseil général du Nord a lancé un recensement de ces beffrois du travail, dont 28 subsistent dans le Dunkerquois, 21 dans le Valenciennois et l'Avesnois. Fin 2008 marquera la fin de ce recensement. L'inventaire est confié à l'association Proscitec-Patrimoines et Mémoires des Métiers qui réalise la partie technique du projet sur le terrain.

    source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Beffroi_du_Travail

    En néerlandais : Beforten van de Arbeid

    cf. : http://lesailesdelamour.over-blog.com/categorie-11127657.html pour l'image
    et http://interdits.net/interdits/index.php?option=com_content&task=view&id=246&Itemid=65 pour le programme


  • bretèche et beffroi de Hesdin

     

    [breutèch] n.f.

    Balcon couvert en façade, servant originellement à sa défense.

    Puis sorte de petit balcon, couvert ou non, en encorbellement sur la façade, permettant de "bretequer", c'est à dire faire les proclamations au peuple. Il permettait aussi à la population d'assister à la cérémonie durant laquelle le corps municipal prêtait serment.

     

    bretèche de l'Hôtel de Ville de Furnes


  • échauguettes du beffroi de Gand [échoguèt] n.f.

    petit oriel d'angle en haut d'une tour, servant à sa défense, restreignant les angles morts.

    La plupart du temps les échauguettes sont "à poivrières", car ressemblant au récipient bien connu des cuisinniers.

         intérieur d'une échauguette du beffroi de Tournai échauguettes à poivrière du beffroi de Tamise


  • cliquez pour accéder à une description d'un modèle de beffroi source Le Robert

    berfroi 1155; moy. haut all. bergfrid « qui garde la paix »
    1- Tour de bois mobile employée au Moyen Âge dans le siège des villes.
    2- Tour municipale d'où l'on faisait le guet. — Mod. Tour d'une ville, et par ext. d'une église (surtout nord de la France et Belgique). -> 1. clocher; campanile. « le fracas subit des cloches du beffroi qui signalent notre arrivée » (Loti).
    Par ext. La cloche elle-même. On entend sonner le beffroi.

     

    source Larousse 1935

    (bè-froi) n. m. (anc. allem. berevrit). Tour roulante, en bois, qui servait à l'attaque des places. Tour ou clocher où l'on sonnait l'alarme : la cloche elle-même : sonner le beffroi. Charpente d'un clocher, d'un moulin. - Le beffroi était une tour de ville dans laquelle on plaçait des gardes, qui faisait le guet jour et nuit, pour surveiller la campagne, et une cloche qui servait à la fois à sonner l'alarme et à convoquer les hommes de la communes. Au XIVe siècle, les beffrois reçurent des horloges, avec des cadrans extéreurs.

    beffroi de Tournai


    source Larousse

    (haut allemand bergfrid)
    nom masculin
    Ancien.
    1. Tour de guet, dans une ville, qui servait à sonner l'alarme.
    2. Tour en bois montée sur roues, qui servait à l'attaque des remparts.

    source Larousse Pratique

    n.m. (haut all. bergfrid, ce qui garde la paix). Dans une ville, tour de guet, dotée d'une cloche, d'une horloge et qui symbolise le pouvoir municipal : Les beffrois de Gand et de Lille.

     

    source La Voix du Nord, Edition du Samedi 16 Juillet 2005

    [béfrwa] n.m.

    À l'origine, un beffroi désignait une tour mobile en bois dont on se
    servait au Moyen Âge pour s'emparer d'une place forte. Puis le terme
    désigna une tour de guet élevée dans l'enceinte d'une ville, enfin, par
    extension, une tour civile abritant des cloches. Notre beffroi cumulait
    les deux fonctions.

     

    Cf. la définition du Trésor de la Langue Française Informatisé

    En néerlandais : Belfort


  • Étymologie : ancien bas francique berg-fripu, de berg-, sauver, et fripu, paix
    n. m.
    - Tour dans laquelle est une cloche prête à sonner l'alarme.
    - La cloche même.
    - Charpente dans les clochers et les moulins.
    - Dans l'art militaire du Moyen Âge, tour de bois mobile qui servait de machine de guerre dans les sièges.

    HISTORIQUE

    XIIe s.
    Roman de Brut, t. I, p. 262: Dont firent arbalestriers trere, Berfroiz lever, perriere fere
    XIIIe s.
    Ren. 7725: Enging, perriere ne befroi, Ne douteras prince ne roi
    JOINV., 220: Pour garder ceulz qui ouvroient à la chaucie, fist faire le roi deus beffrois que l'en appelle chas chastiaus
    XVe s.
    FROISS., I, I, 128: Et avoient fait en nefs sur l'Escaut beffrois et atournemens d'assauts
    FROISS., I, I, 237: Les Anglois avoient fait ouvrer et charpenter deux beffrois de gros merrains à trois estages, et seant chacun beffroi sur quatre roes, et avoit en chacun estage cent archers
    FROISS., I, I, 100: Il n'attendit nullui, ainçois s'envint au marché de Valenciennes, et fit sonner les cloches du beffroy à volée
    XVIe s.
    J. MAROT, V, 95: De ce bruyant et merveilleux beffroy [l'artillerie] Murs et rampars de Trevy vont par terre
    J. MAROT, V, 99: Les durs assaulx et merveilleux beffroy D'artillerie....
    J. MAROT, V, 110: Plus fort a fait mettre en ordre et arroy Processions, sonner cloches, beffroy Par toute France, et porter sans desroy Sainctes reliques

    ÉTYMOLOGIE

    Picard, benoufe ; ital. battifredo ; bas-latin, belfredus, berfredus, verfredus, bercfridus, bilfredus, balfredus, berfreit, belfragium ; angl. belfrey ; du moyen haut-allemand, bercvrit, bervrit, tour servant de défense, de berc, tour, hauteur, et un radical vrit, fred, conserver, d'où l'allemand moderne Friede, paix.

    SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BEFFROI. Ajoutez : - REM. Bien distinct du clocher, qui appartient à l'église, le beffroi est le monument municipal par excellence ; il est le signe caractéristique de la liberté des villes.