• Hazebrouck (Hazebroek)

    1 : L'ancien Hôtel de ville (hazebrouck-autrefois.com)
    2 : Kaart van Hazebrouck (gezicht en plattegrond)-1649 (geheugenvannederland.nl)
    3 : Incendie de l'ancien Hotel de Ville (sur la Grand'Place) en 1801 (hazebrouck-autrefois.com)
    4 : La Grand'Place et l'Hôtel de Ville depuis 1820

    Les Hôtels de Ville
        En 1336, Hazebrouck (le marais aux lièvres en néerlandais) reçoit sa charte communale de Louis de Mâle, comte de Flandre, rédigée en flamand. Cette keure est une des plus anciennes pièces des Archives de la ville.
        En 1582, Philippe de Farnèse, le vicomte de Roubaix et les Espagnols incendient le premier Hôtel de Ville d'Hazebrouck.
        Le nouvel Hôtel de Ville, est construit au centre la place en briques rouges et pierres blanches et en 1589, avec beffroi octogonal, tribunal et prison. Il prend l'architecture du halle de 3 ailes. Le beffroi porte un cadran solaire et 4 cadrans d'horloge. Au sommet se trouvait une girouette représentant un Lion.
        Il brûla le 11 février 1801. Le greffier, M. Theeten parvint à s'enfuir par une fenêtre. Le linteau en pierre de l'entrée principale est déposé au Musée municipal. Une inscription rend hommage à la déesse romaine de la justice, Astrée. Un blason de Philippe II d'Espagne, alors régnant sur les Flandres, est aussi visible. On vend les pièces récupérables.
        Monsieur Drapier, architecte départemental présente le devis de reconstruction de L'hôtel de ville pour 128.997 francs, le 2 janvier  1806. Il s'inspire, semble-t-il, du Garde-Meuble de Paris. La construction commence le 6 mai.
        Tous les services de l’Hôtel de Ville, de la Sous-Préfecture, de la police et des Archives seront installées dans le couvent des Augustins jusqu’à la construction du bâtiment actuel.

        Dominant la Grand'Place (ou Place du Général-de-Gaulle) avec ses 12 colonnes doriques de 24 pieds de hauteur, de style néo-antique (gréoc-romain), il fût construit en pierre de Marquise de Andrethin et brique de 1807 à 1820, sous Napoléon Bonaparte et achevé sous la Restauration. Abrite également le ribunal de première instance et les justices de paix.
        En 1838, on ajoute l'horloge mécanique sonnant les haures et les quarts (avec deux mécanismes différents). Elle fera l'objet de deux restaurations en 1867 et en 1907, puis installée dans le hall de la mairie lors de l'électrification du bâtiments et de l'horloge actuelle. En 1912, Bellengier, élève de Cordonnier, veut élever un nouveau beffroi à l'arrière de l'Hôtel de Ville. Mais le projet n'est pas réalisé.

        La Façade arrière est abîmée durant la Première Guerre mondiale et restaurée entièrement.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :