• Charte communale acquise en : 1178 par Hugues III de Saint-PolCliquez sur l'image pour accéder à l'album
    • édification par : l'essor de la ville et la reconstruction d'après guerre
    • construit en : 1932
    • architectes : Benjamin Maneval et Alexandre Miniac
    • style : néo-Renaissance flamande et art déco
    • matières : briques et pierres
    • hauteur : 64 mètres (?? marches / 6 étages)
    • lieu : Place Emile Leturcq - 80300 Albert
    • sur Hôtel de Ville
    • renferme : les services communaux
    • visitable : non
    • carillon (mélodies) : carillon dit « de Westminster » sonne tous les ¼ d’heures
    • légende / anecdote : 
      • Ses vitraux et le fronton sculpté rappellent les activités économiques et les scènes de la vie qui ont marqué la cité Albertine, qui a pour devise "Vis Mea Ferrum" (ma force est dans le fer). Cette activité commença au début du XIXe siècle.
      • La ville aura beaucoup souffert des bombardements de la Première Guerre mondiale.

    votre commentaire
  • cliquez sur l'image pour accéder à l'album

    • édification par la charte communale acquise en 1201
    • construit en : 
      • 1380 : construction du beffroi sur une porte de la ville
      • 1910 transformation de l'intérieur : on supprime un étage et on remplace la cheminée par une autre ; on ajoute les fenêtres
      • 1930 : apposition de la plaque rappelant le passage de Jeanne d'Arc
    • architecte : inconnu
    • style : gothique
    • matières : craie blanche, briques, grès ; tuiles en bois de noisetier.
    • hauteur : 22m (escalier à vis, puis escalier de bois / 3 étages, puis suppression du second)
    • lieu : porte de ville et tour de guet - Place du beffroi et Place du 8 mai 45 - 80600 Lucheux
    • renferme : salle de l'échevinage, les archives et le trésor (charte de commune, sceaux de la cité, monnaies... en tout environ 8000 pièces), les cloches et l'horloge
    • visitable : Visite guidée à 15h, tous les jours en juillet et en août - De juin à septembre : samedi, dimanche et jours fériés - Rendez-vous sur la place. Sur réservation auprès de l’office du tourisme du Doulennais : 03 22 32 54 52.
    • inscrit : 
      • classé Monument Historique le 31 juillet 1896
      • en 2005 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
    • girouette : un coq
    • cloches : cloche du campanile (bancloque) et l'ancienne cloche communale de Saint Louis, provenant du château, sauvée de la destruction en 1923 et faisant partie d'un carillon dont chacune des cloches portait une partie d'une inscription unique.
    • légende / anecdote :
      • En 1430, Jeanne d'Arc y aurait été enfermée une nuit lors de son voyage vers Amiens puis Rouen.
      • Le 19 juin 1464, Louis XI y signe un arrêt qui institue la première poste royale aux chevaux, l’ancêtre de notre Poste. Le principe prévoyait la création toutes les quatre lieues de relais où l’on devait entretenir des chevaux destinés à porter le courrier du roi.
      • La mécanique d’horloge est remontée tous les huit jours par un employé communal.
      • Jusqu’en 1993, le dernier étage du beffroi a abrité les archives de la seigneurie de Lucheux, huit mille pièces transférées aux archives départementales de la Somme à Amiens.
      • Sa cloche principale sonna à deux reprises au XXème siècle, lors des deux guerres mondiales, puis récemment, plus joyeusement, le 15 juillet 2005, afin de célébrer l’inscription du beffroi sur la Liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco.
      • A noter, la présence d'un arbre aux épousailles : deux vieux tilleuls emmêlés sur la place du jeu de tamis. Le tilleul a reçu le label ARBRES en avril 2005 mais il avait été classé aux Monuments historiques en 1930. A la sortie de l'église, les jeunes mariés, sous un drap tendu, se dirigeaient vers la place du Jeu-de-Tamis. Là se trouvent deux tilleuls soudés en un seul tronc et âgé de trois cents ans avec un creux en son centre qui forme une porte difficile à passer sans quelques étirements. Le premier des deux mariés qui parvenait à la franchir devenait, dit-on encore, "le maître du ménage". Et les jeunes femmes ayant la taille et les épaules plus fines que leurs jeunes époux passaient en général les premières au grand dam de leurs belles-mères.
    Le jour du mariage,
    Il est un vieil usage :
    Il faut pour être mariés,
    Sous l'arbre être tous deux passés
    Qui le premier passera
    Toujours le maître sera.

    votre commentaire
  • cliquez sur l'image pour accéder à l'album

    • édification par : la charte communale acquise en 1180 par par le roi de France, Philippe Auguste (Philippe II dit Philippe Auguste, né le 21 août 1165 à Gonesse, mort à Mantes-la-Jolie le 14 juillet 1223)
    • construit en :
      • vers 1180, dans la rue du Beffroi, après l'obtention de la charte
      • 1373, destruction par les Anglais et en 1380 reconstruction sur la maison communale ruelle Saint-Florent (patron de la ville dont les reliques prises à Saumur par Hugues de France en 1077, furent déposées par Herbert IV dans l'église castrale du château de Roye, embellie pour les recevoir)
      • 1775 et 1777 reconstruction par l'architecte Pierre Dercheu ; détruit au matin du 17 mars 1917 après qu’il fut dynamité, ainsi que l'église Saint-Pierre dans la nuit par les Allemands battant en retraite
      • 1929-1932 reconstruction
    • architecte : Arthur Régnier
    • style : néo-régional Renaissance flamande
    • matières : briques de Roye, moellons de Villers-Carbonel, béton
    • hauteur : une cinquantaine de mètres (9 étages)
    • lieu : sur Hôtel de Ville, place du Marché puis Place d'Armes, actuelle Place de l'Hôtel de Ville - 80700 Roye
    • renferme : les bureaux communaux
    • cloches : 5 cloches, soit 350 kilos
    • carillon (mélodies)
    • légende / anecdote : 
      • Des fresques d’Henri-Justin Marest, qui mêlent scènes de repos en famille et de travail dans les champs (Roye, capitale du Santerre, doit beaucoup à l'agriculture) ornent les murs de la Salle du Conseil et des mariages tandis que les armes des principales villes du département y figurent sous forme de vitraux. En 1952, P.Pasquier, maître-verrier d'Amiens, réalisera le vitrail monumental qui orne la montée de l'escalier et ou se dresse fièrement, au lendemain du second conflit mondial, un immense coq gaulois.
      • Gracchus Babeuf, un fameux protagoniste de la révolution, vécut à Roye.

    2 commentaires
    • édification par la charte communale acquise en 1207 par Philippe-Auguste et rendu en 1368 par Charles V
    • construit en :

    Cliquez sur l'image pour accéder à l'album

      • 1137 ou 1209 premier beffroi
      • 1360 le roi Jean décide la destruction du beffroi et élimine les privilèges, les Péronnais refusant l'entrée du Comte d'Eu
      • 1376-1397 reconstruction
      • 1536 destruction par le Prince de Nassau pendant les luttes de François Ier et Charles Quint ; c'est pendant ce siège que Marie Fouré se rendit célèbre
      • XVIe siècle date de construction des cachots royaux sous l'Hôtel de Ville
      • XVIIIe siècle façade de l'Hôtel de Ville dans la rue Saint-Sauveur
      • 1836 restauration : l'architecte voulu démonter la partie haute, puis la rebattir
      • 1846 les finances de la commune ne permette pas une reconstruction
      • 1927 reconstruction de l'Hôtel de Ville, avec l'aile gauche
      • 1955 reconstruction de l'aile droite
    • architecte : Gilles Biault. Daniel Ramée pour la restauration qui causa la perte du monument
    • style : médiéval
    • matières : grès
    • hauteur : plus de 20m (4 étages)
    • lieu : Grand'Place (1, Place du commandant Louis Daudré) - 80200 Péronne
    • sur Halles
    • girouette : drapeau aux armoiries de la ville
    • cloches : oui
    • légende / anecdote : le beffroi se trouvait à l'opposé de l'actuel Hôtel de ville sur la place
      • les échevins de Péronne étaient appelés les Seigneurs de la cloche
      • les grès du beffroi ont servi à faire des bordures de trottoirs
      • l'Hôtel de Ville actuel contient un carillon jouant notamment La Madelon. Il abrite également des salles de réunion, la bibliothèque municipale, et au 1er étage le Musée Alfred Danicourt (1837-1887), du nom du maire de Péronne, qui le fonda en 1877 en léguant ses objets archéologiques

    votre commentaire
  • Rue

    • édification par la charte communale acquise en 1199 accordée par Guillaume II Talvas (ap.1178–1221), comte de Ponthieu
    • construit en : 1214 déjà un beffroi. reconstruit après la Guerre de cent ans, 1448 pour la partie basse. 1852 partie haute et ailes (avec hôtel de ville et salle de justice de paix)
    • cliquez sur l'image pour accéder à l'album architecte : inconnu
    • style : gothique et néo-gothique
    • matières : craie et toit en ardoise
    • hauteur : 28m (75 marches d'un escalier à vis / 2 étages)
      • rez-de-chaussée musée des Frères Caudron
      • 1er étage salle des échevins
      • 2e étage salle des guetteurs et de garde et prison (dans la tourelle d'angle arrière droite)
    • lieu : Hôtel de Ville - Place du Général Leclerc - 80120 Rue
    • renferme : le musée des frères Caudron, deux pionniers de l'aviation
    • visitable : sur réservation
      • musée du 4 février au 11 novembre : lundi 14h30-18h ; mardi 10h-12h30 et 14h30-18h ; mercredi fermé ; jeudi 10h-12h30 et 14h30-18h ; vendredi 10h-12h30 et 14h30-18h ; samedi 10h-12h30 et 14h30-18h ; dimanche et jour férié 10h-12h30
      • en juillet et août : tous les jours 10h-12h30 et 14h30-18h
    • inscrit : en 2005 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
      • en 1926 à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques

    • girouette : plus actuellement
    • cloches : 1 cloche de 2 tonnes, Marie-Louise, de l'église Saint-Wulphy (maintenant détruite) y est installée depuis 1830
    • légende / anecdote : les prisons et la salle de garde est couverte de graffiti du XVIIe pour les plus anciens, ainsi que l'extérieur des murs

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique