• Eeklo (Eecloo)

    • édification par la charte communale de 1240 acquise par Jeanne de Flandre (entre 1194 et 1200-1244)
    • construit en :
      • XIIIe s. : première mention d'une halle échevinale (schepenhuis), les caves du XIV-SVe siècles existent toujours
      • XVIe s. : la halle brûle et n'est reconstruite qu'en 1609
      • 1825 : statut de ville par le roi 
      • 1878 : lors de la destruction de l'église paroissiale, l'Hôtel de Ville est doté d'une horloge et d'une façade avec fronton triangulaire de style néo-classique
      • 1905 : ajout de la statue de Marie dans la niche de la façade
      • 1930-32 : restauration importante de la façade et extension en mémoire des victimes de la Première Guerre mondiale avec un beffroi
      • 1985 : installation du carillon
    • architecte : Amand Janssens (restauration et extension des années 30)
    • style : Renaissance flamande
    • matières : briques rouges, pierres calcaires blanches
    • hauteur : 35 mètres
    • lieu : Markt 34 - 9900 Eeklo
    • renferme : les services communaux
    • visitable : non
    • inscrit : 
      • 04.11.1943 à la Commission royale des monuments et sites de Belgique
      • en 1999 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, en raison de sa valeur symbolique
    • girouette : un oriflamme
    • cloches : 30 cloches installées en 1985
    • carillon : le carillon de la ville a été transféré de l'église dans le beffroi
    • légende / anecdote : 
      • La ville est connue comme la Herbakkerstad, la ville des recuiseurs. Cela provient de la légende mise en peinture au XVIIe siècle par Cornelis van Dalem en Jan van Wechelen. La légende raconte comment à Eeklo, on coupait la tête des gens un peu simple pour les recuire et les reformer à son goût. Sauf que pour un père qui y envoya son fils, la cuisson n'a pas réussit et le fils était devenu encore plus bête. Le fils partit ensuite étudier à Paris et y devint riche. La morale de l'histoire est qu'il faut laisser voler les enfants de leurs propres ailes. La statue Lotjen (de l'artiste Jeannine Van Landschoot), au pied du beffroi, rend encore hommage à cette légende. Lotjen est le mot dialectale pour mademoiselle.
      • Eeklo est le chef-lieu de la Région du Meetjesland, région rurale se trouvant entre les villes de Gand et de Bruges. Le nom de la région viendrait de l'époque de l'empereur Charles Quint : Craignant le solide appétit sexuel de l'empereur, les habitants du pays auraient caché leurs filles. L'empereur aurait alors déclaré que la région était le pays des « vieilles femmes » (meetjes). Une autre explication affirme que le nom fait référence aux longues et étroites bandes de terre (meetjes, provenant du verbe meten "mesurer, arpenter") typiques de la région.
      • L'extension de 1935 est relié à l'ancien bâtiment par un arcade. La porte d'entrée du beffroi est surmontée d'un écusson décoré de glands, symbole de la ville évoquant l'étymologie du nom de la ville Ekeloo, bois de chêne (eik en néerlandais). La commune de Oosteeklo indique la limite de ce bois à l'est. 
      • Une plaque commémore les 750 ans de la charte communale de 1240 et les morts de la Première Guerre mondiale : "Dit belfort werd opgericht ter eere der Eecloonaren die Belgie's vrijheid verdedigden 1914-1918 (Ce beffroi a été érigé en mémoire des habitants de Eeklo qui ont défendu la liberté de la Belgique 1914-1918)".
      • Le beffroi d'Eeklo est le plus jeune de la liste inscrite à l'UNESCO : dans nombre de cas, un beffroi existait dans la ville avant une reconstruction non à l'identique après la Première Guerre mondiale : Armentières (1934), Charleroi (1936), Dixmude (1923), Lille (1932), Roulers (1924).

    votre commentaire
  • Oudenaarde (Audenarde)

    • édification par la charte communale acquise en : en 1189 par Philippe d'Alsace, comte de Flandre (1143-mort à Saint-Jean d'Acre le 1er juin 1191)
    • construit en :
      • XIVe siècle : construction de la Halle aux draps derrière la maison communale
      • 1509-1510 : façade droite héritée de l'ancienne maison communale
      • 1526-1536 : en dix ans, pour remplacer l'ancienne maison communale qui tombe en ruine
      • 1825 : statut de ville par le roi
    • architectes : Hendrik van Pede et le tailleur de pierres Willem de Ronde
    • style : gothique tardif brabaçon
    • matières : briques, grès de Balegem, pierre de calcaire de Tournai, pierres d'Avesnes
    • hauteur : une petite cinquantaire de mètres (? marches / 6 étages)
    • lieu : Markt 1 - 9700 Oudenarde (Oost Vlaanderen)
    • renferme : office du tourisme
      • dans l'Hôtel de ville : rez-de-chaussée probablement espace de rangement, premier étage pour le conseil municipal avec salle du peuple (Volkszaal) servait aux réceptions solennelles, aux fêtes et aux divertissements ; la salle des échevins (Schepenzaal) était la pièce la plus importante, où on célèbre aujourd’hui des mariages et des jubilés
      • dans les halles au drap : MOU Museum [http://www.mou-oudenaarde.be/index-F.html](tapisserie et argenterie qui ont fait la renommée de la ville) et musée d'histoire de la ville et de l'Escaut, ainsi que de la Bataille d'Audenarde lors de la guerre de Succession d'Espagne (11 juillet 1708)
    • visitable : Été (mars – septembre)
      • Lun-Ven : 9h00-17h30
      • Sam, Dim et jours fériés : 10h00-17h30
            Hiver (octobre – février)
      • Lun-Ven : 9h00-17h00
      • Sam, Dim : 14h00-17h00 (fermé les jours fériés)
    • inscrit :
      • en 1999 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
      • 18.02.1944 à la Commission royale des monuments et sites de Belgique
    • girouette : statue de Petit Jean le Guerrier (Hanske t'Krijgerke), guerrier porte-drapeau espagnol au-dessus de la couronne impériale de Charles Quint, alors souverain
    • cloches : 34 cloches de 1759 jusqu'en 1894, date à laquelle le carillon est transféré dans la tour de l'Église Sainte-Walburge
    • anecdotes :
      • La légende raconte que le garde de la ville Hanske (représenté par la girouette) était à l'affût de l'arrivée de l'empereur Charles Quint. Mais il s'endormit et l'empereur se retrouva devant des portes fermées. Ce dernier aurait conseillé aux habitants d'Audenarde de lui acheter des lunettes. Ces lunettes sont toujours sur les armoiries de la ville aujourd'hui.
      • La ville est connue également pour son béguinage très bien préservé.
      • L'historien Edouard Van Cauwenberghe (Lettres sur l'histoire d'Audenarde) raconte que lors des fêtes du carnaval, les échevins de la ville appelèrent les habitants à détruire la maison communale déjà vétuste.
      • La statue de la vierge de la façade fut dégradée pendant la Révolution française qui voulait en faire une déesse de la liberté.

    votre commentaire
  • Aalst (Alost)

    • Édification au début du XIIIe siècle, charte communale acquise en 1174 par Baudouin V de Flandre (1012 - 1067)
    • construit en :
      • restauration après un incendie en 1360
      • 1460 avec un carillon déjà
      • 1825 : statut de ville par le roi
      • 1879, 7 juillet : un feu d'artifice détruit en partie le bâtiment
    • architecte : Jan Van Goeteghem (1420-40) et achevé par Jan Den Ottere (1460)
    • style : gothique précoce (fondation romane)
    • matières : briques et pierres
    • hauteur : 40 mètres (?? marches / 7 étages)
    • lieu : Hôtel de Ville - Grote Markt 1 - 9300 Aalst
    • renferme : services communaux (schepenhuis - maison échevinale) les réunions du conseil s'y déroule de nouveau depuis 1980
    • inscrit :
      • en 1999 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
      • classé le 13.10.1943 à la Commission royale des monuments et sites de Belgique
    • girouettes : petit drapeau
    • cloches : 38 puis 52 cloches (un des plus anciens de Belgique)
    • carillon (mélodies) : ?
    • anecdote :
      • La cadran solaire date de 1600.
      • Le beffroi est surnommé par les habitants "de tettentoeren" (la tour aux tétons), à cause de  la ressemblance du marquage des heures avec des seins.
      • Les habitants sont surnommé d'après le mot ajuin (en dialecte ajoin) : ajuinpelders (les cultivateurs d'oignon), ajuinboeren (les fermiers d'oignon), ajuinfretters (les arracheurs d'oignon)… ; l'"oignon" car c'était une source de revenue lors du marché (uienmarkt).
      • La façade porte la devise nec spe, nec metu (ni par l'espoir, ni par la peur).
      • Les caves, qui servaient de cachots de torture, sont utilisées comme salle d'exposition.
      • Les deux statues qui le surmontent représentent un bourgeois et un guerrier, deux symboles de la liberté et de la puissance de la ville d’Aalst.
      • À droite de la halle échevinale se trouve l'Hôtel de Ville avec façade de style néo-classique, initialement une maison de maître construite en 1643-1645.
    • Carnaval : un des plus célèbres de Belgiques, durant trois jours à compter du dimanche qui précède le carême chrétien, durant le Carnaval Oilsjt en dialecte flamand a lieu des jets de bonbons en forme d’oignons.

    votre commentaire
  • vue d'ensemble de l'Hôtel de Ville de Termonde

     

    • Édification au XIVe siècle, charte communale acquise en 1233 par Robert VII de Béthune (?-1248)
    • construit en :
      • 1336-1340, tour sur le coin de la halle aux viandes au rez-de-chaussée et aux draps à l'étage (partie gauche)
      • 1377-78, construction d'un véritable beffroi
      • 1395-1405 : agrandissement par l'aile de droite
      • 1415 : création d'une chapelle échevinale
      • 1551 : agrandissement par l'achat de l'auberge voisine
      • XVe siècle : la halle prend la fonction d'Hôtel de Ville
      • 1825 : statut de ville par le roi
      • 1864-1896 : restauration par l'architecte Edouard Bouwens
      • 17 september 1914 : destruction du beffroi et du carillon
      • 1925-26 : reconstruction à l'identique après la guerre
      • 1975 : reconstruction du carillon
      • 1983 : la majeure partie des services administratifs est déménagée dans un nouveau centre dans la Franz Courtensstraat
    • architecte : Michiel van Melbrouc (de Vilvorde) en 1377-78
    • style : gothique précoce
    • matières : briques, grès et pierres
    • hauteur : 40 mètres (?? marches / 7 étages)
    • lieu : Hôtel de Ville - Grote Markt 1 - 9200 Dendermonde
    • renferme : services communaux et expositions d'oeuvres d'artistes de la ville (Jan Verhas, Franz Courtens et de la Dendermondse School), office du tourisme au rez de chaussée
    • inscrit :
      • en 1999 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
      • classé le 06.01.1943 à la Commission royale des monuments et sites de Belgique
    • girouettes : petit drapeau (oriflamme)
    • cloches : 49 cloches (6 800 kg)
    • carillon (mélodies) : ?
    • anecdote :
      • des concerts sont régulièrement organisés avec le carillon (dimanches et lundis de 11h à 12h)
      • nouvelle halle aux viandes et nouvelle halle aux draps construites durant le XIVe siècle, la halle aux viandes existent toujours, ce fut l'un des rares bâtiments épargnés  lors des bombardements du 4 au 6 septembre 1914
      • le palais de justice (derrière l'Hôtel de Ville, le long de la vieille Dendre) date de 1927
      • la ville se situe au confluent de l'Escaut et de la Dendre d'où son nom en néerlandais Dendermonde qui signifie "embouchure de la Dendre"
    • Carnaval : avec élection d'un prince, cavalcade et défilé du cheval Bayard (Ros Beiaard, géant qui ne sort que tous les 10 ans) cf. http://www.carnavaldendermonde.be/

    votre commentaire
    • cliquez sur l'image pour accéder à l'albumédification par : l'essor de la ville dû à l'industrie
    • construit en : 
      • 1212 sur la demande du prêtre Daniël van Waasmunster, l'évêque Gosuinus fonde la paroisse Saint-Nicolas indépendante de Waasmunster
      • 1219 la Comtesse Johanna donne 6 acres à la paroisse pour édifier l'église Saint-Nicolas
      • 1241 la Keure (collège échevinal) est promulgué pour la Terre de Waas
      • 1248 Marguerite de Constantinople, comtesse de Flandre offre un terrain à la paroisse de Saint-Nicolas
      • 1497 l'archiduc Philippe-le-Beau jure solennellement, sous un tilleul de la Grand'Place, de maintenir les statuts, privilèges et coutumes du pays de Waes
      • 1690 un feu, parti d'une distillerie de genièvre de la Kalkstraat, détruit la majorité de la ville
      • 1804 Napoléon donne le statut de ville à Saint-Nicolas
      • 1825 statut de ville par le roi
      • 1841-44 un Hôtel de Ville de style néo-classique et l'église Notre-Dame de Bon Secours sont édifiés sur la place
      • 1874 l'Hôtel de Ville prend feu
      • 1876-78 construction de l'actuelle Hôtel de Ville avec beffroi
      • 1949-54 construction de l'aile droite
      • 1966-67 construction de l'aile gauche
      • 2007 rénovation du carillon
    • architecte : Pieter van kerkhove
    • style : néo-Gothique
    • matières : pierres blanches
    • hauteur : 40m (6 étages)
    • lieu : Hôtel de Ville - Grote Markt - 9100 Sint-Niklaas-Waas
    • renferme : les services communaux
    • visitable : non, photos de l'intérieur ici
    • inscrit : en 1981 comme Bâtiment protégé
    • girouette : aux armes de la ville
    • cloches : 35 puis 49 cloches et 5.200 kg
    • carillon (mélodies) : ?
    • légende / anecdote : La Grand'Place est la plus grande de Belgique, avec 3 hectares et 19 ares
      • une Vierge à l'enfant est représentée sur la façade comme à Bailleul, plus haut, deux anges portent les armes de la ville
    • Carnaval : géant Saint-Nicolas et foire du 3 mai (à partir de 1821, il se déroulé la première semaine de septembre dès 1578)

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique