• Marcinelle

    • Cliquez sur l'image pour accéder à l'album    édification par l'essor de la ville
    •     construit en : Par des archives privées, nous pouvons affirmer qu'en 1815, lors du passage de Napoléon à Marcinelle, la maison communale occupait une chambre contiguë au café faisant partie de la ferme Cordier Isidore, maison portant actuellement le n° 43, de la rue de l'Ange, et appartenant toujours aux descendants de Cordier (source [http://users.skynet.be/bk290354/Place2.htm]). Première maison communale en 1854 de style néoclassique à proximité immédiate de l'Eglise Saint-Martin (du XIIe siècle). Des incendies en 1936 et en 1943 ravagent partiellement l'hôtel de ville ; en 1944, une bombe anglaise anéanti l'édifice... En 1946, le conseil communal de Marcinelle décide la construction d'un nouvel Hôtel de Ville (source). La construction de nouvel Hôtel de Ville dure de 1950 à 1963.
    •     architecte : Joseph André (et l'ingénieur M. Henry)
    •     style : Moderniste
    •     matières : briques rouge clair et marbre
    •     hauteur : 36,5 m (5 étages)
    •     lieu : Hôtel de Ville - Avenue Eugène Mascaux, 100 - 6001 Marcinelle (Charleroi, proche du parc de la Résistance)
    •     renferme : bureaux communaux (annexe, maisons citoyennes)
    •     visitable : non
    •     girouette : antenne paratonnerre
    •     légende / anecdote :
      •     Marcinelle est la ville de naissance de Jules Destrée (1863-1936), homme politique belge, docteur en droit. Bourgeois humaniste, les procès consécutifs aux grèves de 1886 vont déterminer son engagement au Parti ouvrier belge, l'ancêtre du parti socialiste. Il est célèbre pour sa Lettre au Roi sur la séparation de la Wallonie et de la Flandre adressée en 1912 et qui dit « Sire (...) Vous régnez sur deux peuples. Il y a en Belgique, des Wallons et des Flamands ; il n'y a pas de Belges. » Il est élu conseiller communal à Marcinelle en 1904, puis échevin de l'instruction publique, fi crée l'université populaire de Marcinelle, qui durera jusqu'en 1914. Son buste se trouve sur la Grand'Place.
      •     Après la Seconde Guerre mondiale, en 1946, l'architecte Joseph André propose un nouveau projet pour le nouveau site choisi par le conseil municipal. En face de l'avenue Mascaux et à côté du parc de la Résistance. La nouvelle proposition n'a pas été entièrement acceptée par le conseil municipal, qui a quand même préféré le site original. Ce choix a également été soutenu par l'architecte et urbaniste Maurice Pirsoul, qui en a vu l'opportunité pour réaménager l'espace de la place communale. L'urbaniste propose un espace civique piétonnier, s'articulant entre les différentes activités de l'hôtel de ville et de l'église. La proposition sera trop coûteuse pour les expropriations et la proximité de l'église Saint-Martin pose un conflit monumental avec le beffroi. (source) L'église Saint-Martin est située au bout de l'Avenue Eugène Mascaux, Rue de l'Ange, sur la Grand'Place (ancien pachis dit du Curé) réaménagée en 2003. Une autre grande avenue de Marcinelle porte le nom de Paul Pastur (son buste est dans le parc de la Résistance), homme politique belge,  Député permanent de la province de Hainaut, il est le fondateur de l'enseignement provincial du Hainaut. L'urne funéraire repose à côté de celle de Jules Destrée, décédé en janvier 1936 ; sur le caveau sont gravés ces mots : « Les familles Pastur et Destrée, unies dans la vie, réunies dans la mort. »
      •     Joseph André, né à Marbais le 21 janvier 1885 et mort à Charleroi le 21 janvier 1969, est un architecte belge, actif essentiellement à Charleroi (Belgique) et ses environs. Il est l'auteur entre autres à Charleroi du Coliseum, du Siège régional de Fabrimétal, du Palais des Expositions et du Palais des Beaux-Arts, du Conservatoire Arthur Grumiaux et reprend le chantier de l'Hôtel de ville de Charleroi.
      •     L'ancienne appellation de l'Avenue Eugène Mascaux (ancien bourgmestre de Narcienelle de 1907 à 1934) était la Route de Beaumont construite en 1833, et renommée en 1934.
      •     Cette section au Sud de la ville de Charleroi est connue pour sa pauvreté. Les affaires de moeurs font la une des journaux, à commencer par l'accident du bois du Cazier le 8 août 1956 où 262 mineurs ont perdu la vie. C'est la commune de résidence et de la lugubre cachette de Marc Dutroux. En 2012, la concierge de l'Hôtel de Ville a tiré au moins un coup de feu en direction de son ex-amant.
      •     Plus réjouissant, en bande dessinée, l'École de Marcinelle est le surnom de l'équipe de dessinateurs affiliés au « Journal de Spirou », fondé à Marcinelle par Jean Dupuis en 1938, et dont fit partie Peyo (Les Schtroumpfs), Morris (Lucky Luke), Franquin (Spirou et Fantasio, Gaston...) et d'autres.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :