• cliquez sur l'image pour accéder à l'album

    • Charte communale : En 1262 soulèvement de la « commune » de Nivelles : les habitants affrontent l'autorité abbatiale, jusqu'en 1265 ; chartes et traités conclus avec d'autres villes ainsi que le sceau communal créé pour la circonstance sont finalement détruits. Les véritables représentants de l'autorité communale sont les jurés, les rentiers et les maîtres des métiers qui apparaissent au XIVe siècle.
    • construit en : 
      • 1888-1891, construction à l'emplacement de l'ancienne église Saint-Paul, désaffectée par la Révolution française
      • 1998-2001 : construction du Nouveau Palais de Justice dans la rue Clarisse
    • architecte : Valère Dumortier
    • style : néo-gothiques et néo-Renaissance flamande
    • matières : briques rouges, pierres blanches et calcaire
    • hauteur : une vingtaine de mètres (?? marches / 5 étages)
    • lieu : Ancien Palais de Justice - Place Albert 1er (anciennement Place Saint-Paul) - 1400 Nivelles
    • renferme : tribunal de première instance et les chambres civiles et pénales
    • visitable : non
    • inscrit : non
    • jacquemart : sur la collégiale Sainte-Gertrude de Nivelles, Jean de Nivelles, sur la tourelle sud (date du XIIIe siècle). Jean de Nivelles serait né vers 1400. Il avait été placé sur la tour de la maison communale, qui se trouvait dans la partie inférieure de la grand place. Aussi longtemps qu'il officia à l'hôtel de ville, les textes ne lui donnent pas de nom. En 1525, c'est "l'homme qui frappe les heures" et en 1535 "l'homme de keouvre" (cuivre). Tout porte à croire qu'il a été baptisé lors de son transfert à la tourelle sud de la collégiale en 1617. Son nom vient de la confusion entre Jean de Nivelle (Nevele en Flandre Occidentale) et l'expression " être comme ce chien de Nivelle, qui s'enfuit quand on l'appelle".
    • girouette : spirales en fer forgé
    • légende / anecdote : 
      • La fontaine du perron de Nivelles en style gothique flamboyant, symbolise les libertés de la ville. Elle fut érigée en 1523. A l'origine le clocheton était surmonté de la statue de l'Archiduc Albert qui fut remplacée au XXe siècle par une statue de St Michel de l'artiste Marcel Collet.
      • A l'époque, la réalisation de l'ancien palais de justice avait coûté 250.000 francs belges. Le coût du Palais de Justice II s'est élevé quant à lui à 514 millions de francs belges (près de 13 millions d'euros). Le nouveau palais de justice abrite la cour d'assises, la justice de paix, le tribunal du travail, le tribunal de police et le tribunal de commerce, l'auditorat du travail et le parquet de police. Il dispose, à l'entrée, d'un véritable accueil : une première en Belgique.
      • Une statue de Jean de Nivelles orne l'angle du beffroi
    • Carnaval : le week-end qui suit le Mardi gras où des sociétés de gilles se produisent, du samedi au mardi. En 2010 se déroulera le 108e carnaval.

    votre commentaire
    • édification par la charte communale acquise en 1211. Statut de ville par le roi en 1825cliquez sur l'image pour accéder à l'album
    • particularité : beffroi ecclésiastique : Collegiale Sint-Pieterskerk
    • construit en : 
      • 986, première paroisse Saint-Pierre à Louvain
      • 1176 : incendie et destruction
      • 1381 : la ville fait élever, au-dessus de la partie centrale de l'avant-corps, un beffroi de bois destiné à recevoir l'horloge communale et la cloche
      • 1441 à 1497 : élévation du choeur, des transepts (Jan Keldermans et Mathieu de Layens), du portail (Alart du Hamel)
      • 1458 : incendie faisant disparaître le beffroi en bois
      • 1499 : l'avant-corps est détruit petit à petit
      • 1524 : construction en pierre de la façade occidentale formée de trois tours, prévision d'élévation de la tour centrale jusqu'à 170m
      • 1541 : travaux suspendu à 50m
      • 1570 : restauration
      • 1604 : restauration
      • 1914 : le toit est détruit par un incendie
      • 1944 : une bombe détruit la partie nord, on remplacera la coupole centrale par une flèche
      • 1990 : carillon restauré et reconstitué
      • 1998 : ajout du jacquemart au transept sud
    • architecte : Josse Metsijs, Jan Keldermans, Mathieu de Layens, Alart du Hamel
    • style : gothique brabançon
    • matières : pierres blanches
    • hauteur : 50m
    • lieu : Eglise Saint-Pierre, Grote Markt - 3000 Leuven
    • renferme : anciennement le trésor (transféré ensuite à l'Hôtel de Ville) et les cloches communales / actuellement les cloches communales
    • visitable : l'église, mais pas le beffroi : mardi au vendredi de 10h à 17h ; samedi de 10h à 16h30 ; dimanche de 14h à 17h. Et du 15 mars au 15 octobre, également lundi de 10h à 17h.
    • inscrit : 
      • 19.04.1937 à la Commission royale des monuments et sites de Belgique
      • en 1999 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
    • jacquemart : oui, à gauche de l'horloge, Gouden Peter (Pierre le Doré) (avant 1573, il y en avait déjà un)
    • cloches : 49 cloches
    • carillon (mélodies) : inconnu
    • légende / anecdote :
      • c'est la ''Stad van de Smaak'', la ville du goût
      • Les habitants sont surnommés les ''Pietermannen'' (les Pierrots) du nom de la paroisse Saint-Pierre

    votre commentaire
  • cliquez sur l'image pour accéder à l'album

    • Charte communale acquise en : 1107 par les ducs de Brabant (comme Lierre et Tirlemont) ; 1307 devient une des sept villes libres (Vrije Steden) du Brabant ; 1985 : statut de ville par le roi
    • particularité : beffroi ecclésiastique : Sint-Leonarduskerk / Eglise Saint-Léonard
    • construit en :
      • 1231-1300 choeur, transept et tour nord, abritant la cloche communale
      • 1301-1400 transept et tour sud (tour Saint-Léonard), transfert de la cloche communale dans la tour sud, nef, façade et tour ouest (tour Sainte-Barbe)
      • 1401-1600 voûte de la nef et du transept
      • 1451-1500 chapiteau, portail, chapelle de Saint-Léonard, carillon
      • 1480-1520 chapelle latérale
      • 1526-1530 construction de l'Hôtel de Ville par Rombout Keldermans dans le style gothique et renaissance à côté de la halle aux viandes)
      • 1530-1538 adaptation de l'ancienne halle à l'Est de la place, en regard de l'Eglise Saint-Léonard
      • 1531 cloche d'alarme (tocsin) transférée au lanternon centrale
      • 1926 restauration par M. Dumont principalement
      • 1962-1967 restauration par R.M.Lemaire, la cloche d'alarme repare dans la tour sud
    • architecte : inconnu, M. Dumont et R.M. Lemaire pour les restauration
    • style : roman / gothique primitif au flamboyant / renaissance
    • matières : grès (quartzite d'Overlaar) et briques
    • hauteur : (?? marches / ?? étages)
    • lieu : Sint-Leonarduskerk, Grote Markt - 3440 Zoutleeuw
    • visitable :  
      • du 1er avril au 30 septembre, mardi à dimanche, 14h à 17h
      • du 1er octobre au 31 mars, dimanche, de 14h à 17h
    • prix : gratuit ou 2€
    • inscrit :  
      • classé le 01.02.1937 à la Commission royale des monuments et sites de Belgique
      • classé dans le site urbain de la Grand'Place et alentours le 22.04.1994
      • en 1999 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
    • girouette : un coq sur la tour centrale (lanternon) cavalier de la croisée
    • cloches : 24 puis 39 cloches dans la tour centrale (lanternon) et cloche d'alarme dans le tour sud
    • carillon (mélodies) : tous les quarts d'heure
    • légende / anecdote : 
      • on peut considéré que Léau possède trois beffrois, puisque chaque tour abrita un moment la cloche communale
      • l'horloge, se trouvant à l'origine dans la tour sud, est transférée dans le transept sud
      • jusqu'au XVIe siècle, la ville se nommait simplement Leeuw ou Léau (traduction française), qui signifie Lion. Le nom est dérivé de Hlaiwa, ancien-germanique pour tumulus. Le préfixe Zout (sel) y serait ajouté parce que la ville avait le droit de lever une taxe sur le sel (gabelle)
    • Evènement : à partir de l’an 1274, le lundi de Pentecôte,  une grande procession  en honneur du saint patron parcourt les rues tortueuses de la ville. Il n’est en Belgique de pèlerinage plus couru en l’honneur de saint Léonard que celui-ci. Actuellement, la confrérie de saint Léonard est redevenue une organisation florissante

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique