• Cliquez sur l'image pour accéder à l'album

    • édification par : la charte communale acquise en : 1127, confirmée en avril 1190 par Philippe d'Alsace (1825 : statut de ville par le roi)
    • construit en : base de la tour du XIVe (1307) à l'angle de la Petite Halle et élévation remaniée au XVIe siècle, on ajoute cinq échauguettes en 1520 (l'Hôtel de Ville de style gothique-Renaissance fut construit entre 1420 et 1616)
    • architecte : inconnu. restauré (de même que l'Hôtel de Ville) en 1900 par Joseph Viérin
    • style : Renaissance flamande
    • matières : grès, briques et pierres
    • hauteur : 28m (?? marches / 5 étages)
    • lieu : sur les Halles aux draps, puis entouré de maisons qui les avaient remplacées, démolies en 1897-99, maintenant beffroi autonome (grâce aux protestations des habitants qui voulurent le conserver) - Grote markt - 8500 Kortrijk
    • renferme : anciennement offices des commerçants pour la halles aux draps
    • visitable : uniquement pour les groupes sur réservation
    • inscrit : classé le 19.04.1937 à la Commission royale des monuments et sites de Belgique
      • en 1999 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO

    • jacquemarts : Manten a été confisqué par Philippe le Hardi en 1382 et transféré sur le clocher de Notre-Dame de Dijon, capitale bourguignonne, où il est toujours avec sa femme Kalle et ses enfants. On a mis des copies de Manten et Kalle, d'abord en bois au XVe siècle puis des copies en cuivre en 1961 en présence du chanoine Félix Kir, député-maire de Dijon
    • girouette : statue du dieu Mercure (du XVIIIe siècle), dieu du commerce
    • cloches : 48 cloches depuis 1994 (1 945 kg)
    • carillon (mélodies) : ???

    • légende / anecdote : un relief sculpté représente un Vierge berçant son enfant et les armes de la ville
    • Carnaval : concert de carillon les samedis de juillet (en août à l'Eglise Saint-Martin)

    votre commentaire

  • votre commentaire
    • édification par : la charte communale acquCliquez sur l'image pour accéder à l'albumise en 1147 par le comte de Flandre Dietrich d'Alsace (confirmé par Philippe d'Alsace) à la demande de l'abbé de Saint-Omer
    • construit en :
      • 1630 : l'abbé de Saint-Bertin (résidant à Saint-Omer) donne l'autorisation de construire un Steehuus (à l'emplacement actuel du Monument du Souvenir). L'Abbaye de Saint-Omer reste maîtresse de la ville jusqu'à la Révolution française
      • 1781 : achat du St.-Jorishof qui sert de maison communal jusqu'à la Révolution française où les services de la ville retourne dans l'ancien Steehuus
      • 1840 : rachat par la ville du St.-Jorishof qui devient vite trop petit
      • 1825 : statut de ville par le roi
      • 1911 : construction de l'actuel Hôtel de Ville à l'emplacement du St.Joirshof
    • architecte : Jules Coomans
    • style : néo-gothique
    • matières : briques jaunes
    • hauteur : 36 mètres (?? marches / 6 étages)
    • lieu : Hôtel de Ville - Grote Markt 1 - 8970 Poperinge
    • renferme : les services communaux et l'Office de Tourisme
    • visitable : seulement les deux anciennes cellules de condamné (dodencellen), salle où au moins cinq déserteurs anglais de la première guerre attendirent leur exécution de 1916 à 1919
    • girouette : dragon
    • carillon (mélodies) : dans la Tour de l'église Saint-Bertin, 47 cloches de 4380 kg
    • légende / anecdote : 
      • l'architecte du beffroi participa à la reconstruction de celui d'Ypres en 1920. Plus en retrait, Poperingue fut, avec Furnes, la seule ville belge à ne pas être occupée par les Allemands
      • Fête des Rosières, instauré par Napoléon en 1806 pour commémorer son sacre, le 1e décembre, à cette occasion, on marie une jeune fille avec une ancien soldat de l'armé napoléonienne dans la salle des mariages de l'hôtel de ville, puis un concert offert par la Garde Nationale se déroule depuis la bretèche
    • Carnaval : après la fabrication du drap à partir du XIIIe, la ville devient capitale du houblon, culture qui commence au XVIe siècle, le Musée du Houblon se trouve dans la Gasthuisstraat, 71. La fin de la récolte lors du cortège du houblon est fêté tous les trois ans, en septembre

    votre commentaire
    • édification par : la charte communale acquise en 1245 par la comtesse de Flandre Marguerite de Constantinople
    • construit de : 
      • déjà une halle en 1275 autorisée par Béatrice de BrabantCliquez sur l'image pour accéder à l'album
      • XIVe siècle : construction d'une halle en pierre, il en reste les fondations
      • 1558-1560 : construction des annexes après l'installation de l'horloge
      • 1620 : construction du campanile actuel, le précédent ayant été détruit suite à un incendie en 1545
      • 1660 : construction de la galerie à colonnade
      • 1874 : construction de l'Hôtel de Ville qui amena une adaptation de la configuration des halles, après avoir envisagé de détruire le tout, les habitants et la Commission Royale des Monuments intervinrent, une travée de l'aile ouest disparaît, on ajoute la tourelle d'escalier
      • 1959 : restauration après la Deuxième Guerre mondiale
      • 1980 : campagne de restauration
    • architecte : inconnu, puis Romain de Caigny
    • style : Renaissance flamande, campanile baroque
    • matières : briques et pierres blanches
    • hauteur : 36 mètres, campanile de 13,50 mètres (?? marches / 7 étages)
    • lieu : Halles - Markt 1 - 8700 Tielt
    • renferme : anciennement prison (geôle du diable) et tribunal, puis hôtel de ville de 1660 à 1874 / actuellement salle d'exposition dont le musée des têtes, au dernier étage (78 têtes de caricatures de personnalités d'après-guerre
    • visitable : sur demande à l'Office de Tourisme
    • inscrit : 
      • le 20.02.1939 à la Commission royale des monuments et sites de Belgique
      • en 1999 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
    • girouette : drapeau avec armoiries
    • cloches : 36 cloches, 831 kg dont un bourdon de 105 kg
    • carillon (mélodies) : carillon manuel, à entendre chaque jeudi (jour du marché) de 11h à midi

     

    • légende / anecdote : une statue orne la place du marché, celle de Tanneken Sconyncx, femme qui fut torturée pour sorcellerie dans les halles (elle avait en fait refusée les avances de l'huissier de justice). Elle meurt le 2 juin 1603. Salomon Marcx, le chirurgien, déclara que le diable fut tué lors de la question
    • Carnaval : 
      • une statue d'Olivier le Diable se trouve devant la halle
      • Fêtes Européennes annuelles le 1er week-end de juillet
      • Journée des carillonneurs le 21 juin

    votre commentaire
  • Bruges et ses clochers de pierre
    Et Saint-Sauveur et Notre-Dame
    Montent, tels des géants, dans l'air.
    Mais le plus haut, mais le plus clair,
    Celui dont le cadran de flamme,
    Comme un soleil luit sur les toits
    C'est le beffroi;
    Il regarde jusqu'à la mer.

    Jour de juin - ciel tranquille.
    Toute la ville
    N'est que clartés et que rayons:
    Les lucarnes de ses pignons
    Comme des morceaux d'or scintillent

    De Heyst et de Wendune,
    On l'aperçoit, du haut des dunes,
    Régner sur l'horizon flamand:
    Ses tours, l'autre après l'une,
    Comme des blocs de diamant,
    Sortent de l'ardente poussière
    Que lui fait la trop forte et torride lumière.

    Elle apparaît ainsi, comme enflammée
    Dans l'atmosphère ardente,
    Ses toits pliés semblent des tentes
    D'une poudreuse et fulgurante armée;
    Quand ses cloches et ses bourdons fidèles
    Sonnent et sonnent,

    Toute la campagne est vibrante d'elle;
    Et les chemins et les sentiers des horizons,
    Au bruit tonnant des sons profonds,
    Et les routes des hameaux
    Et des plages et des villages,
    Et les eaux même des canaux
    Semblent marcher d'accord,
    A travers le pays qu'elle s'adjuge,
    Vers cette gloire en cendre et or :
    Bruges!

    Source : Émile Verhaeren, Toute la Flandre


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique