• Beffrois en dehors de l'aire culturelle définie par l'UNESCO

    Beffrois de Belgique et de France

    Beffrois en dehors de l'aire culturelle définie par l'UNESCO

    Vingt-trois beffrois, situés dans le nord de la France, et le beffroi de Gembloux, en Belgique, ont été inscrits en 2005, comme une extension des 32 beffrois belges inscrits en 1999 sous le nom de Beffrois de Flandre et de Wallonie. Construits entre le XIe et le XVIIe siècle, ils illustrent les styles architecturaux roman, gothique, Renaissance et baroque. Ils constituent des symboles hautement significatifs de la conquête des libertés civiques. À une époque où la plupart des villes italiennes, allemandes et anglaises s’attachaient surtout à construire des hôtels de ville, dans une partie de l’Europe nord-occidentale, l’accent était mis sur l’édification de beffrois. Par opposition au donjon (symbole des seigneurs) et au clocher (symbole de l’Église), le beffroi, troisième tour du paysage urbain, représentait le pouvoir des échevins. Au fil des siècles, il est devenu le symbole de la puissance et de la prospérité des communes.

    source : https://whc.unesco.org/ (cartes, documents, galerie, vidéo)

    La Bourgogne est l'autre région parsemée de beffrois (souvent également appelés Tour de l'horloge) : Auxerre, Chalon-sur-Saône, Beaune, Nuits-Saint-Georges, Nevers, Avallon, Bourbon-Lancy, Saint-Fargeau, Cravant... 
    D'autres beffrois connaissent également une certaine renommée : Dreux, Évreux, Rouen, Bordeaux, Aubagne, Montrouge... 
    Dans le midi de la France, la tradition se rapproche plutôt des campaniles de l'Italie.

  • Thionville - Beffroi (depuis la Rue Neuve)

    Le Beffroi symbolise les libertés communales des Thionvillois ratifiées par la Charte de Franchise octroyée en 1239 par le comte de Luxembourg Henri V. Edifié au XIVe siècle, puis remanié aux XVIe et XVIIe siècles avec une toiture en ardoise et un bulbe d'oignon, un escalier de 132 marches permet d'accéder aux 4 cloches, la plus célèbre étant " la grosse Suzanne ".
    Panneau historique de la ville


    La tour du Beffroi de Thionville est mentionnée dès 1363. Surmontée d’une ou plusieurs cloches, elle était flanquée d’une extension abritant la salle échevinale ainsi que d’un hospice destiné aux déshérités. Édifice assez rare en lorraine, il symbolise les libertés communales des Thionvillois ratifiées par la Charte de Franchise octroyée en 1239 par Henri, comte de Luxembourg. De la construction du XIVe siècle, seules subsistent les fenêtres de style gothique et les contreforts visibles de la rue de la Tour, vestiges d’une chapelle dont une partie du voûtement en ogive est encore en place.
    L’élévation actuelle date cependant du XVIe siècle et les travaux du siècle suivant apporteront sa toiture en ardoise et son bulbe en oignon. Une fontaine publique est installée aux pieds de la tour en 1831.
    Sévèrement meurtri par l’artillerie prussienne en 1870, le Beffroi sera restauré durant l’Annexion et se verra surmonté du drapeau français aux premières heures du 11 novembre 1918. Il est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 27 mai 1980.
    Un escalier de 132 marches permet d’accéder aux 4 cloches, la plus célèbre étant " la grosse Suzanne " qui, vu son poids de plus de 2 tonnes, mérite bien son sobriquet !
    source : https://thionville.fr/fr/beffroi


    votre commentaire
  • Tour de l'Horloge de Beaugency

    La tour de l'Horloge, appelée aussi tour du Change, est une ancienne tour vendômoise de la seconde enceinte de la ville qui abrite l'horloge municipale.
    On la date de la même époque que le donjon élevé par Lancelin Ier, seigneur de Beaugency, c'est-à-dire entre 1015 et 1030.
    La cloche remonte au XVIe siècle. Le timbre de la sonnerie est fondu en 1511.
    source : anecdotrip.com


    Ancienne porte de la seconde enceinte de la ville, cette tour-porche est à proximité du carrefour le plus animé où s’effectuent le change des monnaies au Moyen Age, puis les ventes publiques jusqu’au XVIIIe siècle.
    Elle abrite l’horloge municipale dès 1511.
    source : www.beaugency.fr


    38 Rue du Change 45190 Beaugency
    Tour dite de l'Horloge (cad. F4 943) : classement par arrêté du 5 septembre 1922
    Historique :
    La tour de l'Horloge, connue autrefois sous le nom de Tour du Change, appartient par sa construction au Moyen Age, sans qu'on puisse en préciser la date. C'était l'ancienne porte Vendômoise. Sa forme est carrée. En 1680, de considérables réparations furent réalisées, sur un plan dressé par l'architecte Jarry-Lemaire. Elle reçut son couvrement actuel. La partie supérieure plus élevée était une lanterne octogone couverte en plomb, qui se terminait pas une plate-forme ornée d'une balustrade. En 1763, la charpente fut reconstruite avec un dôme en plomb. En 1853, l'horloge de la ville fut installée dans cette tour.
    Périodes de construction : 12e siècle, 16e siècle, 17e siècle
    source : monumentum.fr


    votre commentaire
  • Beffroi (Tour de l'Horloge) d'Auxerre (Yonne)

    C'est au XVe siècle que le comte d'Auxerre accorda à la Ville le droit de posséder une horloge et un beffroi.

    La tour fut construite sur le soubassement carré d'une ancienne porte de la cité gallo-romaine, vestige des fondations du castrum.
    Le beffroi et l'horloge symbolisaient les libertés communales.

    L'horloge fut installée en 1483. Auparavant cette tour servait de prison.

    Des inscriptions en hébreu y seraient encore visibles sur certains murs, ce qui indiquerait l'existence d'une communauté juive au Moyen Âge.

    source : https://www.auxerre.fr/


    votre commentaire
  • Beffroi (Tour communale/Tour de beffroi) de Nods (canton de Berne)

    Tour communale ou Tour de Beffroi du XVIIe siècle

    il y a une ruelle de la Tour (qui est une impasse).

    Nods est une commune suisse du canton de Berne, situÈe dans le district de La Neuveville. Elle fait partie de la région du Jura bernois, la partie francophone du canton de Berne.

    Au centre de village se trouve la Gemeindeturm (la tour communale ou aussi la tour de Beffroi) qui est mentionné pour la première fois en 1689.


    votre commentaire
  • Beffroi de Cravant

    La tour du Guette est la plus haute des tours de l'enceinte fortifiée. Un escalier à vis de 36 marches mène au sommet de la tour afin de surveiller les 5 vallées et protéger les denrées entreposées au port. Grâce à ces fortifications, dont la construction a commencé en 1384, les habitants de Cravant peuvent repousser les attaques des ennemis et des pilleurs organisés en grandes compagnies. Depuis janvier 2013, le beffroi sonne à nouveau les heures et les demie-heures.

    source : https://www.escale-chablis.fr/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique