• Aire-sur-la-Lys (Ariën aan de Leie)

    Cliquez sur l'image pour accéder à  l'album

    • édification par : la charte communale acquise avant 1111 confirmée par Philippe d'Alsace en 1188
    • construit en : 
      • 1355 : les échevins reçoivent l’autorisation de construire une halle avec beffroi en bois
      • 1372 et 1405 : destruction par des incendies
      • 1447 : reconstruction en pierre et brique
      • 1708 : effondrement pour cause de vétusté
      • 1717-1724 : construction de l'Hôtel de Ville actuel
      • 1872 : incendie qui endommage l'intérieur
      • 1914 : incendie qui l'endommage sans altération, sauf du lanternon
      • 1924 : reconstruction du beffroi
      • 1983 : Aire devient Aire-sur-la-Lys
    • architectes : Mathias Héroguel (ou Héroguelle, architecte du roi) et Hanotte, restauration par Jacques Alleman en 1924
    • style : baroque et classique
    • matières : briques et pierres
    • hauteur : 45 mètres (236 marches) et 7 étages :
      • 1er : Salle du loup (anciennement salle du trésor, maintenant salle électrique)
      • 2e : salle du tambour du carillon
      • 3e et 4e : salle des cloches
      • 5e : 4 tiges dirigeant à l'époque les aiguilles de l'horloge
      • 6e : horloge
      • 7e : salle de veille au guetteur, entourée de fenêtre, s’ouvrant sur le parapet
    • lieu : Hôtel de Ville - Grand'Place - 62120 Aire-Sur-la-Lys
    • renferme : services communaux
    • visitable : de mai à septembre, sur réservation à l'office de tourisme
    • inscrit : 
      • comme monument historique le 15 septembre 1947
      • sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2005
    • cloches : 2500 kg, 2 bourdons (bancloque et Vigneron avant 1926) et 14 cloches
    • carillon (mélodies) : 
      • au quart : Il pleut, bergère
      • à la demi : la Muette de Portici
      • au trois-quart : le Chant des Girondins (Mourir pour la Patrie)
      • à l'heure : La fillette aux chansons
    • légende / anecdote :
      • le beffroi repose sur quatre piliers de deux mètres d’épaisseur
      • Surmontant le beffroi, un campanile octogonal, entièrement vitré, est coiffé d’un dôme d’ardoises
      • Entre minuit et 4 heures, un guetteur criait jusqu'en 1914 : « Dormez, braves gens, je suis là et je veille sur votre sommeil ».
      • Le Passage des Hallettes passe sous le beffroi, il abrite une galerie
    • Carnaval : 
      • lancer d'andouilles du baillage de 1600 en style renaissance flamande
      • procession des Géants Lydéric et Crymhilde, son épouse

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :